SAQUER Guillaume, Sylvestre, Laurent

Par André Balent

Né le 18 juillet 1898 à Saint-Laurent-de-Cerdans (Pyrénées-Orientales), mort le 30 août 1983 à Saint-Laurent-de-Cerdans ; maître cordonnier puis commerçant à Saint-Laurent-de-Cerdans ; militant du Parti socialiste SFIO ; mutualiste ; maire de Saint-Laurent-de-Cerdans (1944-1947)

Guillaume Saquer était le fils de Jacques, Joseph Saquer, tisserand âgé de vingt-sept ans, militant socialiste, coopérateur, syndicaliste et mutualiste de Saint-Laurent-de-Cerdans. Sa mère, Marie Coste, sans profession, était âgée de vingt-trois ans en 1898. Guillaume Julia, une des grandes figures de Saint-Laurent-de-Cerdans au XXe siècle, était son cousin germain. Son fils, Jacques, agrégé d’Histoire, fut longtemps professeur au lycée Jean-Lurçat de Perpignan et s’illustra comme historien des Pyrénées-Orientales (Histoire contemporaine 19e et 20e siècles).

Saint-Laurent-de-Cerdans, commune industrielle du Haut Vallespir abritait une intense activité centrée, de puis le dernier tiers du XIXe siècle, sur l’industrie textile et sandalière.

Maître cordonnier, Guillaume Saquer ouvrit ensuite un commerce spécialisé dans la chaussure dont il assura la gestion jusqu’à la veille de sa mort.

C’était un adhérent de base de la SFIO. Saquer fut l’un des socialistes locaux qui s’engagea dans la Résistance, collaborant avec des filières de passage vers l’Espagne. Il se distingua, en cela des socialistes laurentins les plus en vue qui succombèrent aux sirènes du maréchalisme, à commencer par son cousin Guillaume Julia. À la Libération, devenu maire de Saint-Laurent-de-Cerdans, Guillaume Saquer protégea Guillaume Julia mis en cause par certains résistants et lui permit de rebondir en commençant une nouvelle carrière politique au PCF.

En août 1944, le CDL le désigna comme maire de Saint-Laurent-de-Cerdans. Il fallait trouver un socialiste SFIO non compromis avec Vichy et ayant eu des liens avec la Résistance. Le nouveau maire provisoire devait, en effet, être de la même couleur politique que celui qui avait été élu en 1935, dernières élections municipales avant la guerre : Joseph Nivet, réélu en 1935 était mort le 21 janvier 1942. Saquer élu maire en avril 1945, demeura en fonctions jusqu’au renouvellement d’octobre 1947.

Membre de la Société de secours mutuel de Saint-Laurent-de-Cerdans, il siégea au conseil d’administration jusqu’à son décès. Ses obsèques religieuses (catholiques) eurent lieu à Saint-Laurent-de-Cerdans le 31 août 1983. François Erre, bon connaisseur de l’histoire ouvrière de la commune retraça sa vie et prononça son éloge funèbre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176022, notice SAQUER Guillaume, Sylvestre, Laurent par André Balent, version mise en ligne le 13 octobre 2015, dernière modification le 10 novembre 2021.

Par André Balent

SOURCES : Arch. com. Saint-Laurent-de-Cerdans, actes de naissance et de décès de Guillaume Saquer. — L’Indépendant, 31 juillet 1983, 4 septembre 1983. — André Balent, « Sant Llorenç de Cerdans, el Molí i el Castell, dos barris, dos temperaments (1815-1945) », Aïnes noves, 2, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2008, pp. 89-111 [en catalan]. — Divers entretiens avec Jacques Saquer, fils de Guillaume, professeur d’Histoire retraité.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément