HIOT Jean, Antoine

Par André Balent

Né le né le 30 novembre 1914 à Escales (Aude), mort fusillé sommaire le 19 août 1944 à Roullens (Aude) ; employé à la préfecture de l’Aude ; résistant (AS/CFL)

Jean Hiot était originaire d’Escales, un village viticole proche de Lézignan-Corbières (Aude).

Au début du mois de mai 1944, Jean Hiot loua une chambre meublée à Carcassonne (Aude) au 43 square Gambetta. Il quitta celle-ci le 13 mai après avoir expliqué à son loueur qu’il partait dans son village prendre quelques jours de repos. En fait, il gagnait un maquis.

Jean Hiot intégra le maquis « Armagnac » (AS) (Voir Roquefort Félix) installé près de Trassanel (Aude) sur les contreforts de la Montagne Noire. Fait prisonnier par les Allemands au cours des combats du 8 août qui anéantirent ce maquis, il fit partie de ceux qui pour des raisons inconnues n’ont pas été exécutés sommairement sur place. Incarcéré à la maison d’arrêt de Carcassonne (Aude), il en fut extrait, avec d’autres résistants dont trois autres maquisards de Trassanel, le 19 août alors que les Allemands s’apprêtaient à quitter la ville.

Transférés dès 11 heures dans le parc du domaine de Baudrigues (commune de Roullens, Aude), ils furent fusillés. Deux explosions (15 h 45 et 16 h) détruisirent les lieux .le 20 août on mit en évidence neuf corps : ceux des quatre de Trassanel, ceux d’Aimé Ramond, de Jean Bringer, de Maurice Sévajols et de deux femmes.

Les restes de Jean Hiot furent identifiés de même que ceux des trois autres maquisards de Trassanel, (Léon Juste, Pierre Roquefort, Gilbert Bertrand), après ceux de Ramond, Bringer et Sévajols. Son décès a été enregistré à l’état civil de Roullens le 30 juillet 1948.

Jean Hiot fut déclaré « mort pour la France ». Son nom figure sur une des trois stèles érigées dans la clairière de Baudrigues et sur le monument aux morts d’Escales.

Voir Lieu d’exécution de Roullens (Aude), château et dépôt de munitions de Baudrigues ; Trassanel (8 août 1944).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176123, notice HIOT Jean, Antoine par André Balent, version mise en ligne le 17 octobre 2015, dernière modification le 13 mai 2018.

Par André Balent

SOURCES : Jean-Louis H Bonnet, "La Libération de Carcassonne d’après les témoins (19 et 20 août 1944), Mémoires de l’Académie des Arts et sciences de Carcassonne, années 2012-2015, 6e série, tome IV, volume 55, pp. 139-177 [p. 153]. — Résistances et clandestinité dans l’Aude, catalogue de l’exposition réalisée aux Archives départementales de l’Aude (Carcassonne), édition PDF, Carcassonne, 2010, 22 p. (Baudrigues, p. 18). — "Baudrigues, vision d’horreur", 14 août 2013, http://musiqueetpatrimoine.blogs.li..., Musique et patrimoine de Carcassonne, blog d’informations sur la culture, l’histoire et le patrimoine de Carcassonne, consulté le 6 mars 2014. — Memorial genweb (www.memorialgenweb.org/memor... ), site consulté le 16 octobre 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément