ROGER Yves, Auguste, Arthur

Par Didier Bigorgne

Né le 6 septembre 1937 à Rethel (Ardennes), mort le 15 juillet 2004 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; instituteur, puis directeur d’école ; syndicaliste enseignant dans les Ardennes (1970-2004) ; permanent régional et membre de la commission nationale « formation » des Éclaireuses et Éclaireurs de France (1978-1983).

Fils d’un notaire et d’une mère au foyer, Yves Roger fréquenta le cours complémentaire à Charleville où il obtint le BEPC en 1954. Il entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Charleville le 1er octobre 1955 et réussit la première partie du baccalauréat (série Moderne) le 28 septembre 1957. Il démissionna le 26 novembre 1958 par obligation administrative en raison d’une paternité future. Le 22 décembre 1958, à Villers-Semeuse, Yves Roger épousa Monique, Madeleine, Léa Raulet, institutrice, qui lui donna trois enfants (deux garçons et une fille).

Réintégré à l’École normale le 15 septembre 1959, Yves Roger débuta sa carrière d’instituteur à Lumes en 1960. Titularisé, il enseigna dans le village d’Élan l’année suivante, puis dans celui de Boutancourt (1963-1965). A partir du 1er septembre 1965, il travailla à l’école ’’Le Charme’’ à Villers-Semeuse où il resta en poste jusqu’en 1978. A cette date, il fut mis à disposition, détaché aux Éclaireuses et Éclaireurs de France. Il reprit un poste d’instituteur à Signy-l’Abbaye en 1983. Promu directeur d’école à Charleville-Mézières le 2 septembre 1986, il exerça cette fonction jusqu’au 31 août 1991. Il accomplit sa dernière année dans l’enseignement, en qualité d’instituteur remplaçant.

Yves Roger adhéra au Parti communiste français en 1956. Il était membre du bureau départemental de la Jeunesse communiste quand il entra au comité fédéral du PCF des Ardennes le 30 juin 1959 ; il siégea jusqu’au 27 janvier 1963. Lors de l’élection municipale complémentaire du 29 octobre 1961 à Villers-Semeuse, il fut candidat (en deuxième position) sur la liste communiste conduite par Pierre Milly pour affronter celle du maire sortant démissionnaire Louis Jolly qui avait rompu avec le PCF et remporta la victoire. Yves Roger quitta le PCF, mais il resta un compagnon de route pendant une dizaine d’années. Il rejoignit ensuite le Parti socialiste qu’il représenta aux élections des 22-29 mars 1992 pour le Conseil général dans le canton de Signy-l’Abbaye : il fut éliminé au premier tour en obtenant 248 voix sur 2 867 inscrits et 2 176 votants.

Yves Roger était adhérent du Syndicat national des instituteurs. Animateur du courant « Unité et Action » dans les années 1970, il fut son élu au conseil syndical de la section des Ardennes du SNI, du 19 mars 1970 au 22 mai 1982. A cette date, il fut réélu au conseil syndical sur la liste de la tendance majoritaire « Unité, Indépendance et Démocratie ». Il exerça son mandat dans le cadre du SNI-PEGC (1983-1992), puis dans celui du Syndicat des enseignants (1992-2004). Il occupa la fonction de secrétaire général adjoint, chargé des écoles, du 20 juin 1986 au 19 juin 1987. Il siégea aussi à la commission administrative paritaire départementale pour les Ardennes de 1970 à 1992.

Du temps de son militantisme dans le courant « Unité et Action », Yves Roger fut membre de la commission administrative de la section des Ardennes de la Fédération de l’Éducation nationale. Élu le 6 mai 1970 sur une liste commune UID-UA, réélu de nouveau sur une liste commune le 21 février 1973, il fut élu sur la liste « Unité et Action » en 1976. Il siégea ensuite au conseil fédéral de 1979 à 1985.

Yves Roger exerça aussi de nombreuses responsabilités dans des associations laïques. Président de la Jeunesse en Plein Air et membre de la commission administrative de la Fédération des œuvres laïques pendant les années 1970, il fut permanent régional des Éclaireuses et Éclaireurs de France. Il participa aux travaux des instances nationales du mouvement, en étant membre de la commission nationale « formation ».

A la retraite en 1992, Yves Roger devint président départemental de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique. Il remplit cette fonction jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176156, notice ROGER Yves, Auguste, Arthur par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 21 octobre 2015, dernière modification le 29 mars 2021.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 77WE 278 (dossier Inspection académique). — Arch. comité national du PCF. — Bulletin de la section ardennaise du Syndicat national des instituteurs et du SNI-PEGC 08. — L’enseignant ardennais, 1993 à 2004. — Bulletin de la section des Ardennes de la FEN, 1973 à 1985. — Presse locale.— Témoignage de Monique Roger, épouse de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément