GRIOTTO Medardo, Pietro, Carlo, Pseudonyme Dino

Par Annie Pennetier

Né le 16 février 1901 à Turin (Italie), guillotiné le 22 ou 28 juillet 1943 à la prison de Berlin-Plötzensee ; graveur ; militant communiste ; résistant Front national-FTPF..

Fils de Giovanni (Jean) Griotto et de Maria Marguerite Perachiotti, Medardo Griotto épousa Anna Secco (née le 3 octobre 1904 à Airasca), ouvrière, le 6 octobre 1927. Ajusteur mécanicien, graveur, il possédait un atelier boutique à Turin. Militant communiste italien, Medardo Griotto se réfugia en France à la fin des années 1920, pour fuir la dictature fasciste de Mussolini. Ami du kominternien responsable de la MOI Main d’oeuvre immigrée Harry Léon dit Henri Robinson, il fut logé avec son épouse à Bezons (Seine-et-Oise) chez Pierre Provost qui suivait l’action clandestine communiste en Italie. Il eut lui-même des responsabilités de liaisons clandestines avec l’Italie.
Ouvrier aux ateliers Chausson d’Asnières, il milita à la CGTU.
Il s’engagea dans la Légion étrangère le 18 octobre 1939 et y resta jusqu’à fin août 1940.
Medardo Griotto travailla comme graveur sur métaux à la maison Lesne-et-Coquelet à Paris (XXe arr.). Résistant, il travaillait avec le Front national dès sa formation au printemps 1941 puis avec les FTP en 1942. Il atteignit un haut niveau dans la confection des faux papiers d’identité, des tampons et des cachets.
Il fut lié à l’Orchestre rouge. Dans le cadre du démantèlement de ce groupe Léon Harry fut arrêté le 21 décembre 1942 à Paris, puis le lendemain Medardo Griotto à son domicile atelier 22 rue de Tlemcen, Paris ( XXe arr), avec sa femme. Son camarade Pierre Ferdinand Provost et sa femme Raymonde échappèrent à l’arrestation grâce à l’intervention de la concierge qui les retint dans sa loge.
Il fut interné à Fresnes (Seine, Val-de-Marne) puis jugé ainsi que 74 camarades de combat le 11 mars 1943. Déporté avec sa femme, Anna dite Bimba, agent de liaison de Pierre Provost, dans le convoi parti de Compiègne le le 15 avril 1943, il fut condamné à mort en Allemagne pour terrorisme et espionnage, et guillotiné dans la prison de Berlin-Plötzensee le 22 juillet 1943 à 9 heures « avec une demi-douzaine d’autres condamnés à mort dont M.Corbin », d’après le témoignage de J. Cassart, attaché d’ambassade de Belgique à La Haye lu dans son dossier des Archives AVCC. Le Mémorial de la FMD sous le prénom de Pietro indique le 28 juillet 1943 avec Alfred Corbin et Robert Breyer. [Suzanne Cointre-20295] déportée dans le même convoi fut guillotinée dans cette prison le 21 août 1943. Léon Harry également condamné à mort, y a été exécuté, on ignore la date.

Le décès de Medardo Griotto fut transcrit le 20 janvier 1950 en mairie du XXe arrondissement de Paris.
Il a été reconnu Mort pour la France (septembre 1958), FFI (services reconnus du 1er janvier 1942 au 22 juillet 1943) et Déporté résistant DR en avril 1958.
Le Mémorial de Plötzensee (Gedenkstätte Plötzensee) rend hommage aux victimes du national-socialisme de l’Allemagne et de l’étranger. Près de 3 000 personnes y ont été guillotinées ou pendues entre 1933 et 1945, injustement condamnées par la justice nazie.
Sa veuve Anna revint de déportation en mai 1945 suite à la libération du camp de concentration de Ravensbrück. Pierre Ferdinand Provost à son retour du camp Buchenwald devint son ayant-cause. Habitante de Turin, elle trouva un emploi comme surveillante d’enfants dans un établissement dépendant de l’entreprise Fiat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176172, notice GRIOTTO Medardo, Pietro, Carlo, Pseudonyme Dino par Annie Pennetier, version mise en ligne le 23 octobre 2015, dernière modification le 7 janvier 2021.

Par Annie Pennetier

Anna Secco, dite Bimba, compagne de Griotto
Clichés communiqués par Gisèle Provost

SOURCES : AVCC Caen 21 P 458806 . — Guillaume Bourgeois, La véritable histoire de l’orchestre rouge, Nouveau monde éditions, 2015. — Hans Coppi, "Die Rote Kapelle".., Viertejahrsheffe für Zeitgeschichete, juillet 1996. « État civil B. Charlottenburg-Grand Berlin 24 novembre 1950. — Notes de Gisèle Provost qui a connu Anna lorsqu’elle était enfant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément