LABOULLE Alfred, Joseph.

Par Jean Neuville

Wéris (aujourd’hui commune de Durbuy, pr. Luxembourg, arr. Marche-en-Famenne), 12 août 1865 − Rocourt (aujourd’hui commune de, pr. et arr. Liège), 15 septembre 1947. Représentant de commerce/instituteur, conseiller communal socialiste de Chênée (aujourd’hui commune de, pr. et arr. Liège), conseiller provincial et député permanent de Liège, sénateur de l’arrondissement de Liège, ministre des Travaux publics de 1926 à 1926.

Aîné de trois enfants, Alfred Laboulle est le fils de Lambert, Joseph Laboulle (Wéris, 24 septembre 1827 - 25 juillet 1906), exerçant les professions successives de fermier, cantonnier et garde-champêtre dans sa commune natale, et de Joséphine, Marie, Catherine Bonjean (Wéris, 10 avril 1828 - 10 décembre 1920), fille de cultivateurs. Après avoir étudié la comptabilité, il devient représentant commercial et aurait été, selon Victor Serwy, instituteur. Le 6 décembre 1890, il épouse Martine, Jeanne, Joséphine, Charlotte Kookelkoren, fille de potier, née à Thimister (pr. Liège, arr. Verviers) le 10 septembre 1868. Le couple s’installe chez les parents de la mariée à Chênée.

Le 20 septembre 1897, Alfred Laboulle et son épouse quittent Chênée pour Ixelles (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale) où ils séjournent au n°91, rue des Saisons et où décède son épouse le 24 mars 1898. Laboulle revient alors à Chênée, au n°23 rue Bedermes, le 29 avril 1898. Il se remarie le 28 septembre 1899, avec Marguerite Clothilde, Félicie Houbiers née à Liège le 12 février 1875, fille de Jean Pierre Joseph Houbiers et de Félicie, Anne, Joséphine Bourguignon. À partir du 21 juin 1900, le nouveau couple habite rue du Missisipi à Liège. Ces déménagements se poursuivent dans les années suivantes : rue des Grands Près à Chênée en janvier 1901, rue de la Casquette au n°14 à Liège le 6 mars 1903, place du Confluent, au n°6 à Comblain-au-Pont le 20 novembre 1903, rue de la Casquette, au n°23 à Liège le 23 juillet 1919, rue de l’Usine, au n°29 à Liège le 22 janvier 1921, au n°54, rue des Thermes à Liège le 9 août 1922, ou encore rue du Lanen à Liège.

Alfred Laboulle s’investit dans la coopération. Il est, selon Louis Bertrand, un des administrateurs de la coopérative Le Progrès, fondée à Chênée le 2 février 1895, et un des fondateurs de L’Union ouvrière à Prayon-Trooz (aujourd’hui commune de Trooz, pr. et arr. Liège) le 14 décembre 1896. Victor Serwy le place à l’origine de la Maison du peuple de Prayon-Trooz, signale son intérêt pour La Populaire de Liège et le mentionne comme un des signataires de la constitution de l’Union coopérative toujours à Liège en 1917.

De 1895 à 1899, Alfred Laboulle est conseiller communal socialiste à Chênée. Élu conseiller provincial Le 6 octobre 1896, il est nommé député permanent le 10 juin 1900. Il reste au conseil provincial jusqu’au 16 novembre 1925. Le 20 novembre 1921, il est sénateur de l’arrondissement de Liège mais il démissionne le 12 décembre au profit de Remy Damas*. Il redevient sénateur le 30 octobre 1928, en remplacement de Jules Seeliger, décédé. Alfred Laboulle sera réélu en 1929, 1932, 1936 et 1939. En 1946, la maladie l’amène à abandonner son siège. Durant ces mandats, il est membre de la commission des Finances dont il sera vice-président, de celle des Colonies, de la Santé publique et de la Justice. Il sera rapporteur de la commission des Finances à plusieurs reprises et une fois de la Justice.
Du 17 juin 1925 au 20 mai 1926, Alfred Laboulle est ministre des Travaux publics au sein du gouvernement Poullet-Vandervelde.

Le 27 décembre 1913, Alfred Laboulle est président de l’Intercommunale des eaux de Liège, membre, toujours en 1913, du conseil d’administration de la Société nationale de distribution d’eau. En 1927, il est commissaire général du gouvernement auprès de l’Exposition internationale de Liège, consacrée à l’eau, qui a lieu en 1930.

Père de trois enfants, Alfred Laboulle est détenteur de plusieurs distinctions : officier (avec rayure d’or) l’Ordre de Léopold, médaille de la victoire, décoration civique. Une rue de Tilff porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176219, notice LABOULLE Alfred, Joseph. par Jean Neuville, version mise en ligne le 25 octobre 2015, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jean Neuville

SOURCES : BERTRAND L., Histoire de la coopération en Belgique. Les hommes - Les idées - Les faits, t. 2, Bruxelles, 1903, p. 456-457 − SERWY V., La coopération en Belgique, t. IV : La vie coopérative - Dictionnaire biographique, Bruxelles, 1952, p. 182 − JACQUES E., Le socialisme dans le Luxembourg, Saint-Mard, 1960, p. 77 − VAN MOLLE P., Le Parlement belge 1894-1969, Ledeberg-Gand, 1969, p. 207 − FLAGOTHIER-MUSIN L., 1885-1985. Histoire de fédérations. Liège, Bruxelles, 1985 (Mémoire ouvrière, 6) − Notice réalisée par Benoît Moulin, section Journalisme de l’Université libre de Bruxelles, s.d.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément