TESSEREAU André, Marcel

Par Jacques Girault

Né le 17 mai 1929 à Chinon (Indre-et-Loire), mort le 20 avril 1993 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; professeur ; secrétaire de la section FEN du Var ; militant socialiste ; adjoint au maire de Carqueiranne (Var).

Fils d’un bourrelier-sellier, compagnon, franc-maçon, André Tessereau ne reçut que les premiers sacrements catholiques. Habitant Châtelaillon (Charente-Maritime), il effectua ses trois premières années de scolarité secondaire au lycée Eugène Fromentin à La Rochelle puis obtint le brevet élémentaire en 1943 au collège de Saint-Maixent (Deux-Sèvres). Après une coupure de deux années, conséquence de la guerre qu’il passa à Chauvigny (Vienne) où il fut notamment pris en otage par les Allemands pendant leur retraite, il termina sa scolarité à La Rochelle et obtint le baccalauréat en 1948. Il devint alors maître d’internat au collège technique de Felletin (Creuse, 1948), au lycée de Guéret (1949), puis au collège de Felletin (1950) tout en étant inscrit à la Faculté des Lettres de Poitiers. Maître d’internat au collège technique de Versailles (1950), surveillant d’externat au collège d’Aubusson (1950), répétiteur au lycée de Rouen (1951-1953) puis au collège de Versailles (1953), il représentait les surveillants du Syndicat national de l’enseignement technique dans la commission nationale "culture et jeunesse" de la Fédération de l’Éducation nationale animée par Louis Astre. Il siégea au bureau national du SNET. Il représenta la FEN au comité franco-allemand et en 1952 dans la commission française de l’UNESCO. Il fut chargé d’une mission, avec Astre, en Oubangui-Chari. Il réussit le concours d’entrée à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section EF) où il poursuivit ses études (1953-1956) et obtint le CAPET d’anglais en 1956. Pendant cette période, secrétaire de la section SNET de l’ENSET, il participa à l’organisation du congrès national des jeunes de la FEN en décembre 1953.

André Tessereau fréquenta jusqu’en 1953 les auberges de jeunesse et exerça des responsabilités dans le mouvement (encadrement de caravanes ouvrières, chantiers internationaux, membre du comité directeur).

Il se maria en juillet 1954 à Marseille (Bouches-du-Rhône) avec Renelde Dazin, institutrice militante (voir Renelde Tessereau). Le couple eut dix enfants.

André Tessereau effectua son service militaire à Rochefort (Charente-Maritime) comme professeur d’anglais à l’école des mécaniciens de l’armée de l’Air (juillet 1956-février 1958). Le couple eut dix enfants.

Professeur au collège (puis lycée) technique Rouvière à Toulon depuis sa nomination en 1956, mais en poste en 1958 au retour du service militaire, soutenant le courant "autonome", secrétaire de la section du Syndicat national de l’enseignement technique, André Tessereau fut le secrétaire de la section départementale de la FEN en 1958 et le demeura quelques années au début des années 1960. Selon son épouse, il répondit négativement en 1960 à la proposition de devenir membre du secrétariat national du SNET. Il représentait son syndicat et la FEN au Comité départemental d’action laïque. Membre du conseil d’administration de la Mutuelle générale de l’éducation nationale, il fut candidat, le 13 décembre 1962, sur la liste "d’action mutualiste et d’amélioration de la Sécurité sociale" pour le conseil d’administration de la caisse primaire de Sécurité sociale. Après 1966, il adhéra au Syndicat national des enseignements de second degré.

André Tessereau militait dans les organisations laïques : amicale laïque créée en 1959 dans le quartier de Font Pré à Toulon et organisation, deux ans plus tard, d’une classe de neige. Quand il arriva à Carqueiranne en décembre 1965, il participa à l’organisation de l’amicale laïque en 1966 qu’il présida jusqu’en 1971. Là encore, une classe de neige fut mise en place en 1967. Il participa à la vie de la Fédération des conseils de parents d’élèves de 1957 à 1991. Il fut le secrétaire départemental de la fédération en 1959. Il siégea au bureau de la Fédération des œuvres laïques de 1960 à 1975, participant à diverses activités du Comité départemental d’action laïque.

Lors de la création en 1967 du Comité varois des classes de neige de l’enseignement public, André Tessereau représentait la FOL aux côtés de son président Francis Trivière*. Une tension apparut avec le Conseil général qui entendait ne pas donner un rôle dirigeant à la FOL. Les représentants de la FOL voulaient éviter que leur organisation passe sous le contrôle du Conseil général. Finalement la position de co-organisatrice, avec le Conseil général, de la FOL fut reconnue dans les statuts de décembre 1967.

Membre des Jeunesses socialistes depuis 1949, puis des étudiants socialistes en 1950, André Tessereau adhéra à la section socialiste SFIO de Toulon en 1958. Il passa au Parti socialiste autonome la même année puis fut un des créateurs de la fédération du Parti socialiste unifié dans le département. En 1971, après le congrès d’Épinay, il rejoignit la section socialiste d’Hyères avant de créer la section de Carqueiranne dont il fut le secrétaire jusqu’en 1983. Élu conseiller municipal en 1971 dans une municipalité d’union de la gauche conduite par le communiste Armand Conan, il devint adjoint au maire, délégué aux écoles. Il participa à ce titre au congrès national des maires de France en 1972. Il conserva cette responsabilité après la réélection de 1977. La liste fut battue en 1983. Candidat socialiste aux élections cantonales en mars 1976, il abandonna toute action politique en 1983-1984 tout en restant socialiste de conviction.

André Tessereau devint professeur d’anglais en septembre 1972 à l’Institut universitaire de technologie de Toulon, département de génie électrique. Membre du SNESUP, en septembre 1979, il fut nommé directeur des études du département. De 1974 à 1979, il fut le vice-président élu de l’Université de Toulon. Il prit sa retraite en juin 1988. Malade, il cessa toute activité syndicale et professionnelle.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176329, notice TESSEREAU André, Marcel par Jacques Girault, version mise en ligne le 28 octobre 2015, dernière modification le 28 octobre 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Var, 1493 W 44. — Arch. Com. Toulon, 9 W 1. — Arch. Office départemental d’éducation et de loisirs. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par Renelde Tessereau. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément