RODANET Jean-Baptiste

Par Laurent Gonon et Marie-Cécile Bouju

Né le 5 thermidor an IV (23 juillet 1796) à Caluire (Rhône) ; maître imprimeur ; républicain

Fils de Benoit Rodanet, marchand, et de Madeleine Thénard, Jean-Baptiste Rodanet, fut compositeur typographe en 1824 à l’imprimerie de Claude François Mistral, place Louis-Le-Grand à Lyon. Il travailla par la suite à l’imprimerie Pommet, dont il était le gérant. Il reçut son brevet le 26 avril 1847, en remplacement de son ancien employeur Jean-Claude Pommet, brevet lui permettant de s’installer, au 3 rue de l’Evéché à Lyon. Il se serait associé à Genet et Brun.
Son imprimerie imprima le journal Le Républicain à partir de 1848. Les autorités le soupçonnèrent de demander en mars 1849 l’autorisation d’acquérir une presse mécanique pour ce journal.
Le 16 mai 1849, il fut poursuivi avec François Dumoulin et Antoine Ronet, imprimeurs, Jacques Eugène Labaume, libraire, pour avoir tenu une imprimerie clandestine. Maîtres Vachon et Margerand, avocats, assurèrent leur défense. Le 19 mai 1849, le tribunal, « attendu que dans le courant des mois de mars et d’avril 1849, Jacques-Eugène Labaume a établi et fait fonctionner dans un local dépendant de sa librairie, à Lyon rue Mercière 16, une presse mécanique qui, à la vérité, avait été déclarée à l’administration par Rodanet, mais pour laquelle il n’avait pas été obtenu de permission. Cette presse avait servi à l’impression du journal Le Républicain. Le tribunal ordonne que la presse trouvée chez Labaume sera détruite, à moins qu’il n’en soit disposé autrement par l’administration, par mesure gracieuse ; condamne Labaume à cent cinquante francs d’amende et aux dépens ; renvoie Rodanet, Dumoulin et Ronet ». Le 27 juin 1849 sont saisies les pièces manuscrites concernant le journal au domicile de Rodanet.
Le 13 novembre 1849, il parut devant le 2e conseil de guerre et subit un interrogatoire : « Accusé d’avoir au mois de juin 1849 participé à un complot dans le but de détruire ou de changer le gouvernement de la république et d’exciter la guerre civile en armant ou en portant les citoyens à s’armer les uns contre les autres".
Il fit faillite 1852 et cèda son imprimerie à Jean-François Chanoine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176404, notice RODANET Jean-Baptiste par Laurent Gonon et Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 23 novembre 2015, dernière modification le 23 novembre 2015.

Par Laurent Gonon et Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Arch. Nat. F18 2060. - Arch. Dép. Rhône 2T27, UCOR 191, R1058, R.1062, R.1077. - Marius Audin. Somme typographique. Lyon : Musée de l’imprimerie [en ligne]. - Bruno Béguet. La Librairie et l’Imprimerie à Lyon, 1800-1850, Villeurbanne : ENSB (ENSSIB), 1986 [en ligne].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément