JUNIQUE Émile, Marius

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

Né le 2 octobre 1897 à Éclassan (Ardèche) ; sommaire le 6 juillet 1944 à Tournon, aujourd’hui Tournon-sur-Rhône (Ardèche) ; veilleur de nuit ; victime civile.

Émile, Marius Junique était le fils de François, Jules Junique, cultivateur, et de Marie, Marguerite, Philomène Viallon, son épouse.
À sa naissance, la famille habitait à Éclassan (Ardèche).
Ajourné en 1915 et 1916 pour faiblesse, il fut classé service armé par la commission de réforme de Privas (Ardèche) le 9 juin 1917 et fut incorporé au 61e RI le 4 septembre 1917. Il passa dans l’Artillerie en raison de "pieds plats" et servit dans différents régiments de cette arme jusqu’au 25 septembre 1919.
Il épousa Berthe, Rose Gache le 23 avril 1926 à Ozon (Ardèche). Le couple eut au moins deux enfants.
En 1944, il habitait château de Saint-Just à Tournon, aujourd’hui Tournon-sur-Rhône (Ardèche) et était veilleur de nuit.
Il fut dénoncé pour son attitude contre l’occupant, pris comme otage et fusillé le 6 juillet 1944 à Tournon avec six autres Tournonais : Auguste Burgunder, Louis Devise, Louis Gillot, Paul Giraud, Georges Verbeurgt et Alfred Wiel.
Émile Junique obtint la mention « Mort pour la France ». Il figure dans la base de données des morts en déportation de Mémoire des hommes, ce qui laisse penser qu’un dossier d’homologation comme interné fut établi, sans que l’on sache pour l’instant s’il fut homologué et la nature de cette homologation.
Son nom figure sur le monument commémoratif aux Résistants, Fusillés, Déportés à Tournon-sur-Rhône.


Voir : Tournon, Place Carnot, 6 juillet 1944


Voir : Tournon, juin à août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article176653, notice JUNIQUE Émile, Marius par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 4 mai 2022, dernière modification le 18 mai 2022.

Par Claude Pennetier, Jean-Luc Marquer

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 467 234 (nc). — Arch. Dép. Ardèche, RMM, Privas, 1917, mat. 612. — Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 231. — Renseignements communiqués par Hélène Biéret, de l’Association nationale des familles de fusillés (ANFF). — Mémoire des hommes. — Geneanet. — État civil, acte de naissance n°13, acte de de décès n°101.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément