BOUTET René, Maurice, Joseph

Par Jacques Girault

Né le 2 juillet 1924 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 28 décembre 2001 à Domloup (Ille-et-Vilaine) ; instituteur ; militant syndical du SNI et communiste (Afrique noire, Savoie et Morbihan).

Fils d’employés des postes devenus sympathisants communistes après la guerre, René Boutet, après des études à Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne), exerça comme instituteur de 1941 à 1944 à Vénerque (Haute-Garonne). Pendant cette dernière année, il fit partie des Forces françaises de l’Intérieur à Toulouse Matabiau. Il se maria en juin 1946 avec Lucile, Renée Galibert, secrétaire de direction, membre du PCF, fille d’un cheminot communiste.

René Boutet effectua son service militaire comme sous-officier dans les mines et pièges.

Il devint instituteur en Afrique noire (Dahomey 1950-1955, Niger 1955-1959). Il dirigea le cabinet du ministre de l’Éducation nationale au Niger (juillet 1957- septembre 1958) et fut membre du parti Sawaba (1957-1958). Il fut secrétaire de la section du Niger du Syndicat national des instituteurs (SNI) (1956-1957).

Titulaire du certificat d’aptitude d’enseignement général de collège, René Boutet enseignait au collège d’enseignement général d’Aime (Savoie) en 1963. Il adhéra au Parti communiste français en 1962 et devint responsable à l’organisation de la section communiste Julian Grimau à Aime. En 1963, il fut initié à la franc-maçonnerie (Grand-Orient). Secrétaire politique de la section d’Aime en 1966, il était aussi secrétaire de sa cellule. Il fut élu membre du comité de la fédération communiste de Savoie, le 16 décembre 1966.

René Boutet était aussi secrétaire de la sous-section cantonale du SNI (1959-1968).

Militant du Mouvement de la Paix, René Boutet fut proposé pour le stage central d’instituteurs communistes (22 août-7 septembre 1963 à Choisy-le-Roi, Seine, Val-de-Marne). La fédération se montrait favorable, « Bien qu’appartenant encore à la Franc-maçonnerie, d’où il se détache au fur et à mesure de son activité dans le Parti, le secrétaire fédéral souhaite son admission à ce stage ». Avant son élection au comité fédéral en 1966, le secrétaire de la fédération communiste constatait : « s’est amélioré du point de vue de sa "violence” ».

René Boutet demanda sa mutation pour le Morbihan en décembre 1968. En 1972, il était enseignant, peut-être directeur du CEG de Mur-de-Bretagne (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor) tout en militant à Vannes (Morbihan) où il était le secrétaire de la section communiste en 1972. Il indiquait avoir suivi une école centrale du Parti communiste d’un mois en juillet 1963. Candidat aux élections législatives dans la première circonscription (Vannes), il obtint, le 4 mars 1973, 3642 voix sur 70811 inscrits.

Divorcé, René Boutet se remaria en novembre 1975 à Dinan (Côtes-du-Nord, Côtes d’Armor). Il eut cinq enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17667, notice BOUTET René, Maurice, Joseph par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives comité national du PCF. — Presse nationale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément