LOUBIÈRE Fernand, Gustave

Par André Balent

Né le 16 février 1910 à Centrès (Aveyron), exécuté sommairement le 17 août 1944 à Sainte-Radegonde (Aveyron) ; gardien de la paix à Rodez (Aveyron) ; résistant de l’Aveyron (Armée secrète / Groupes francs).

Fernand Loubière était le fils de Jules et de Marie Gineste. Marié à Henriette, Marie, Françoise Madaule, sans profession. le couple était domicilié à Rodez, 28 rue de Bonald.
Fernand Loubière était originaire d’une commune du Ségala, au sud-ouest de Rodez. Gardien de la paix à Rodez. Il fit partie du groupe franc ( GF) de Rodez mis en place sous l’autorité de Louis Torcatis alias "Bouloc" responsable des GF pour la R3, fonction qui lui avait été confiée par le directoire régional des MUR à l’automne 1943. Gadet, alias "Dalou" — qui avait été nommé par Torcatis à la tête du groupe des GF de Rodez — était le chef de Loubière.

Loubière fut arrêté le 29 juillet ou le 1er août 1944 par des SS dans un autobus, entre Rancillac, Naucelle et La Primaube (Aveyron), localités du Ségala. Il était alors chargé d’une mission par son groupe. Il fut arrêté en même temps que Raymond Muller qui fut lui aussi fusillé à Sainte-Radegonde.

Fernand Loubière fut incarcéré à la caserne Burloup, prison ruthénoise de la Sip-SD. Avec vingt-neuf autres résistants ou otages, il en fut extrait le 17 août 1944 et exécuté sommairement au champ de tir de Sainte-Radegonde.

Son nom figure sur me monument mémorial de Sainte-Radegonde et sur le monument aux morts de Centrès. Déclaré "mort pour la France" en 1945, Loubière fut homologué sous-lieutenant des FFI (19 décembre 1945). Son décès a été enregistré à l’état civil de Rodez et non à Sainte-Radegonde.

Fernand Loubière a été aussi revendiqué par le maquis "Antoine", des "groupes Vény" actif dans le Ségala rouergat (Aveyron) mais formé à partir de Carmaux (Tarn). Il figure sur un état nominatif de ce maquis établi pour l’homologation de cette formation comme unité combattante des FFI du Tarn.

Voir : Lieu d’exécution de Sainte-Radegonde champ de tir

.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177034, notice LOUBIÈRE Fernand, Gustave par André Balent, version mise en ligne le 30 novembre 2015, dernière modification le 3 mai 2021.

Par André Balent

SOURCE : Arch. com. Rodez, état civil, acte de décès de Fernand Loubière et mention marginale. — SHD, Vincennes, GR 19 P 81 / 35. — Christian Font, Henri Moizet, Construire l’histoire de la Résistance. Aveyron 1944, Rodez & Toulouse, CDDP Rodez, CDHIP Rodez, CRDP Midi-Pyrénées, 1997, 343 p.[p. 229]. — Christian Font, Henri Moizet, Maquis et combats en Aveyron, Chronologie 1936-1945, Rodez & Toulouse, ONAC Aveyron, ANACR Aveyron, CRDP Midi-Pyrénées, 2e édition, 2001, 412 p. [p. 327]. — Étienne Llauro, Torcatis. "Bouloc" destin d’un humaniste 1904-1944, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 1998, 493 p. [pp. 303]. — Site Aveyron-Résistance consulté le 26 février 2016. — Site MemorialGenWeb consulté le 1er mars 2016.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément