BOUXOM Fernand

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 9 octobre 1909 à Wambrechies (Nord), mort le 2 juillet 1991 à Argenteuil (Val-d’Oise) ; marié, père de six enfants ; employé de bureau ; secrétaire général de la Jeunesse ouvrière chrétienne (1934-1938) ; député MRP de la Seine (1946-1958).

Fernand Bouxom dans les années 1930
Fernand Bouxom dans les années 1930
Arch. JOC

Fernand Bouxom naquit dans une famille catholique : son père Jules Bouxom était employé de bureau dans une entreprise de tissage du Nord et sa mère, Marie Looten, était repasseuse. Il obtint le certificat d’études primaires en 1922 et entra dans la vie professionnelle comme coursier le 26 juin 1922. Dès la création de la JOC par l’abbé Guérin en 1926, Fernand Bouxom fonda la section de Moulins-Lille. Trois ans plus tard, la direction nationale le choisit comme permanent. Il fut secrétaire général de la JOC de 1934 à 1938. Marié depuis le 26 janvier 1935 avec Renée Chabot, secrétaire de direction, Bouxom participa à la création d’un mouvement familial lié à la JOC : la Ligue ouvrière chrétienne (LOC) qui devint le Mouvement populaire des familles. Il participa au mouvement syndical CFTC en 1935-1936 et fut un des représentants de la France aux conférences internationales du Bureau international du travail (BIT) à Londres et Genève.

Mobilisé en août 1939, Fernand Bouxom fit les campagnes de France et de Belgique, puis, démobilisé, assura la liaison de différentes organisations entre les deux zones tout en participant à la diffusion de Témoignage chrétien. Il portait dans la Résistance le nom de Pierre. À la Libération, Fernand Bouxom entra à la rédaction de l’Aube et contribua à la fondation du Mouvement républicain de Libération qui devint le Mouvement républicain populaire. Son évolution s’apparente à celle de plusieurs autres anciens dirigeants de la JOC, en particulier Paul Bacon, qui se consacrèrent essentiellement à la vie du nouveau parti démocrate-chrétien. Il fut élu député de la Seine le 21 octobre 1945 (première Assemblée constituante), le 2 juin 1946 (deuxième) et assura la vice-présidence des deux Assemblées constituantes. Réélu le 10 novembre 1946, le 17 juin 1951 et le 2 janvier 1956, il quitta le Palais-Bourbon en novembre 1958. Bouxom fut vice-président du MRP et son délégué à la propagande. Il siégea à la commission exécutive du Mouvement européen de 1955 à 1958.

Après son échec aux élections législatives de 1958, la candidature de Fernand Bouxom fut présentée par la CFTC à la direction d’une ASSEDIC naissante. Pendant dix ans, il dirigea la caisse d’assurance-chômage du secteur Seine-Sud. De 1968 à 1973, adjoint au directeur général de l’ASSEDIC de Paris, il s’occupa d’un service d’accueil et d’orientation des chômeurs. Le 14 avril 1978, il prononça une allocation au rassemblement de La Courneuve pour le cinquantenaire de la JOC.

Fernand Bouxom mourut d’une crise cardiaque à l’hôpital d’Argenteuil où il avait été transporté depuis son domicile de Saint-Gratien (Val-d’Oise).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17706, notice BOUXOM Fernand par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 20 juillet 2017.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Fernand Bouxom dans les années 1930
Fernand Bouxom dans les années 1930
Arch. JOC
Fernand Bouxom dans les années 1940
Fernand Bouxom dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946
<em>Des faubourgs de Lille au Palais Bourbon…</em>, <em>op. cit.</em>
Des faubourgs de Lille au Palais Bourbon…, op. cit.

ŒUVRE : Des faubourgs de Lille au Palais Bourbon : souvenirs de l’un des fondateurs de la JOC et vice-président de l’Assemblée nationale, Éditions du Témoignage chrétien, 1982, 192 p.

SOURCES : H. Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, 1967, t. 1. — Who’s who, 1979-1980. — Renseignements fournis par Fernand Bouxom. — Le Monde, 10 juillet 1991. — Dictionnaire du Monde religieux dans la France contemporaine, Éd. Beauchesne, 1990. — A. Caudron, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 4, Lille-Flandres, Paris, Éd. Beauchesne, 1990, p. 86-87. — Le Monde, 10 juillet 1991. — Le MRP vous parle ! bulletin de l’Amicale du MRP, juin 2004, p. 5-7. — J.-M. Leuwers, « Bouxom, le grand bonhomme », Église de Lille, février 2005, p. 20-21. — J. Maitron, Cl. Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éd. ouvrières, t. 20, 1983, p. 183-184, et CD-Rom.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément