WEBER Joseph, Auguste, Alphonse dit « Jo »

Par Monique Mombert

Né le 28 février 1934 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; employé de bureau et comptable ; militant jociste ; militant CFTC puis CFDT ; permanent national JOC 1957-1960 ; permanent de la JOCI (Jeunesse Chrétienne Internationale) 1965-1969 ; permanent de la Fédération départementale des APF et APFS (Association populaire familiale syndicale) 1969-1979 ; cadre de l’habitat populaire ; militant associatif.

Joseph (« Jo ») Weber est le fils d’Auguste Weber et de Célestine Bickel, cultivateurs à Jetterswiller (Bas-Rhin). Sa scolarisation coïncida en 1940 avec l’annexion de l’Alsace, il eut de ce fait une première période scolaire allemande. Après la libération de l’Alsace, il changea de langue et de système scolaire, et réussit le certificat d’études en 1948, premier du canton. Après le cours complémentaire, il obtint en 1951 un CAP d’employé de bureau, puis un CAP de comptabilité en 1952, le Brevet commercial en 1953, et le Brevet professionnel de comptabilité en 1954. Il se prépara à ces qualifications professionnelles à Metz (Moselle), où il avait pris en 1951 un emploi à la Librairie de l’Ecole Nationale Professionnelle, puis en 1953 un poste de comptable dans un garage Renault. Par la suite, il compléta sa formation d’abord dans le cadre du Centre de Culture ouvrière « Culture et Liberté » (1957-1962), ensuite par un diplôme d’agent de développement social (1977). Il fut encore amené à acquérir une compétence en anglais, dans la communication, le marketing social, la gestion d’entreprise.
Après un premier contact avec les mouvements de jeunesse catholiques à la JAC de Marmoutier (Bas-Rhin), c’est à Metz qu’il entra à la JOC (section des Sablons) en 1951. Incité par la JOC à faire de « l’action au travail », il participa en 1953 à la création d’une section métallurgie CFTC avec le soutien des permanents syndicaux Louis Zilliox et d’Eugène Descamps*.
Au retour de son service militaire en Algérie de 1955 à 1957, après un bref passage dans une entreprise de négoce de céréales entre la France et l’Allemagne (Agricola), il fut recruté par la JOC comme permanent pour les départements du Grand-Est. Il partagea dès lors son temps entre le siège de la JOC à Paris et les visites de soutien aux équipes en Alsace, Lorraine et Franche-Comté. Début 1960, alors que ce mandat se terminait, la JOC lui demanda de prendre la fonction de trésorier national, puis en 1962, celle de secrétaire européen, chargé de la coordination entre les JOC nationales, auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg et des organisations européennes à Bruxelles, où siégeait la JOC Internationale (JOCI). A ce titre il eut à organiser le rallye européen de 1964, qui réunit environ 30 000 jeunes et adultes de tous pays, et se termina par une journée de « gala » à Strasbourg le 1er août 1964 et une messe en présence de Mgr Cardijn.
La 8 juin 1962 il épousa Denise Meyer, ancienne permanente JOCF de Mulhouse ; le jeune couple s’installa dans un quartier populaire de Strasbourg (cité de l’Ill), jusqu’au déménagement pour Bruxelles (1965), où Jo Weber fut chargé à la fois de représenter les JOC d’Europe au Bureau International de la JOC, et d’assurer la fonction de trésorier international du mouvement. Ce mandat, qui l’amena à visiter les JOC dans le monde entier et lui fit côtoyer régulièrement le fondateur de la JOC, Mgr Cardijn, se termina en 1969. La famille, avec ses quatre enfants, retourna à Strasbourg, où Jo Weber avait été recruté comme permanent par la Fédération des APF. Il avait en charge la rédaction et la gestion du journal Vie familiale, la mise en place d’un programme de communication, et la préparation du Congrès du 25e anniversaire des APF. En 1971, il fut nommé secrétaire général de la fédération départementale des APF (1969-1972), puis de la fédération des APFS (1973-1979). En 1979, il changea de secteur, tout en restant dans le secteur associatif. Recruté par l’Association Interprofessionnelle du Logement Populaire (AILOP), il fut d’abord chargé des relations extérieures, puis assura diverses fonctions de direction dans cette association, qui était un acteur important du logement social en Alsace, jusqu’à son départ en retraite.
Parallèlement à ces activités salariées, dans les années 1970 et 1980, Jo Weber s’engagea dans divers secteurs associatifs, avec les APF, APFS, l’UDAF et l’UNAF, dans le domaine de la consommation (membre fondateur et vice-président de la Chambre de consommation d’Alsace), du logement, de la santé et de l’action sociale. Il fut administrateur de l’UDAF et de l’UNAF, de 1973 à 1998, de la CAF du Bas-Rhin à partir de 1976 (au titre de l’UDAF, puis de la CFDT), président du Comité national des APFS de 1981 à 1998.
Retraité depuis 1994, il poursuit son action militante : vice-président de la CSF nationale de 1998 à 2003, président de l’URAF d’Alsace de 1999 à 2004, président de l’association Habitat populaire de 1986 à 2009. Depuis 2003, il accompagne l’association « Familles sans frontière » basée sur la solidarité « Nord-Sud ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177091, notice WEBER Joseph, Auguste, Alphonse dit « Jo » par Monique Mombert, version mise en ligne le 26 janvier 2016, dernière modification le 26 janvier 2016.

Par Monique Mombert

SOURCES : Entretiens 19 mai 2011, 23 avril 2012. — Entretiens avec l’abbé Joseph Sifferlen, Lucien et Mimi Ganter, Charles Boesch, Jeanne Wunschel. — Documents personnels remis par Jo Weber. — Brochure Habitat populaire. Un engagement au service du logement, Strasbourg, s.d. - JOCI. Jeunesse Ouvrière Chrétienne Internationale. 75 ans d’action, Eckbolsheim, Éd. du Signe , 2000). — De Wissembourg à Sélestat. 50 ans de JOC, témoignages réunis par Charles Dillinger, Strasbourg : Équipes sociales d’Alsace, s. d. (p. 252 sq., récit par une participante au rallye de 1964 ; p. 293 sq., témoignage de Jo Weber sur l’internationalisation de la JOC). — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément