BOVAL Raymond, Eugène

Par Jacques Girault, Jean Reynaud

Né le 8 juillet 1901 à Amiens (Somme), mort le 13 décembre 1977 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; professeur ; militant syndicaliste à Marseille, secrétaire départemental du SNEPS (1938-1939), du SNCM (1945-1948), du SNES, membre du CESD (1946-1958).

Son père, Louis, Auguste Boval, était boulanger à Amiens ; sa mère, née Eugénie Ducrocq, était sans profession. Raymond Boval effectua ses études à l’école primaire supérieure d’Amiens avec un quart de bourse et fut élève-maître à l’École normale d’instituteurs de la Somme de 1917 à 1919. Après avoir suivi les cours de quatrième et de cinquième années à l’ENI de Rennes (Ille-et-Vilaine), il entra à l’École normale supérieure primaire de Saint-Cloud en 1922 (section des sciences). Titulaire du certificat d’aptitude (PCN sciences) à l’enseignement en écoles normales et en écoles primaires supérieures (1924), il effectua son service militaire dans l’artillerie (novembre 1924-novembre 1925) et en sortit sous-lieutenant de réserve.

Raymond Boval enseigna d’abord à l’EPS de Fournes-en-Weppes (Nord) entre 1925 et 1928, avant de devenir professeur à l’ENI d’Amiens (1929-1936). Il épousa le 15 avril 1927 dans sa ville natale, Jeanne Mailly, avec laquelle il eut un enfant. Veuf en juillet 1934, il se remaria le 21 juillet 1936 à Marseille avec Rose, Marie Mayen, une professeure de lettres à l’EPS Michelet de Marseille, et eut avec elle quatre autres enfants.

Raymond Boval obtint sa mutation pour l’ENI de Draguignan (Var) en 1936, en remplacement d’André Dupont qui venait d’élu élu député. Résidant à Marseille, ayant sa mère infirme à charge, il fut nommé, l’année suivante, professeur de sciences naturelles à l’EPS Victor Hugo à Marseille, qui devint collège, puis lycée où il termina sa carrière en 1962.

Il fut élu secrétaire départemental des Bouches-du-Rhône du Syndicat national des EPS en février 1938 après la démission de Serre. Mobilisé en septembre 1939 comme lieutenant dans la DCA, il fut fait prisonnier à Balazé (Ille-et-Vilaine) en juin 1940 et resta en captivité jusqu’en avril 1945 (oflag XII B à Lyainz).

Raymond Boval retrouva son poste, ses activités syndicales dans le Syndicat national des collèges modernes et en devint le secrétaire départemental dès 1945. Il siégea aussi dans les instances nationales du SNCM. Le 16 avril 1946, lors d’une réunion nationale qui préparait le congrès de mai 1946, il déclara qu’« il formera dans son département un syndicat unique de l’enseignement du second degré, qu’elles que soient les décisions du congrès ». La fusion du SNCM et du Syndicat national de l’enseignement secondaire ayant été renvoyée à plus tard sur le plan national, elle fut décidée dès 1946 dans les Bouches-du-Rhône et l’ancien secrétaire académique du SNES Jean-Paul Beau devint secrétaire académique, tandis que Boval faisait partie de la commission administrative. Lors du congrès commun SNCM-SNES du 24 mars 1948, il fut chargé, après Jacqueline Marchand pour le SNES, de faire connaître le point de vue du SNCM, tel qu’il avait été retenu par son congrès. À son initiative, le congrès décida que les délégués au congrès de la FEN, désignés sur la base des tendances, devraient « bloquer après entente, les douze mandats [du syndicat] pour toute conciliation véritable » Ce vœu ne fut pas suivi d’application.

Secrétaire de la section de l’EPS puis du lycée V. Hugo (S1) du SNCM, puis du SNES, représentant de son syndicat à la commission administrative de la section FEN du département, Raymond Boval fut élu titulaire au Conseil de l’Enseignement du second degré aux scrutins successifs de 1946, 1950 et 1954 ; en 1955, il devint suppléant.

Membre des commissions administratives paritaires académiques à partir de 1948, membre du conseil intérieur de son établissement (1946-1953), il était aussi conseiller pédagogique au CPR (centre pédagogique régional) à partir du milieu des années 1950.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17717, notice BOVAL Raymond, Eugène par Jacques Girault, Jean Reynaud, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 14 janvier 2018.

Par Jacques Girault, Jean Reynaud

SOURCES : Arch. Nat. 17/17795, 27933. — Arch. IRHSES (archives SNEPS, SNCM, L’Université syndicaliste). — Archives du SNES et de la FEN des Bouches-du-Rhône. — JO, lois et décrets, 20/04/1915, 18/05/1925. — Notes d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément