Naives-devant-Bar (Naives-Rosières, Meuse), 29 août 1944

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Le 29 août 1944, six FFI marnais ont été exécutés sommairement à Naives-devant-Bar (Naives-Rosières, Meuse), par des soldats appartenant à une unité d’automitrailleuses de la Wehrmacht.

Le monument de Naives-Rosières
Le monument de Naives-Rosières

Le maquis des chênes
À partir de la mi-août 1944, les Forces françaises de l’intérieur (FFI) appartenant au maquis des Chênes installé par le lieutenant François de La Hamayde dans le Bois des Laires à Margerie-Hancourt (Marne) harcelèrent les troupes allemandes battant en retraite et participèrent aux combats de la Libération dans la Marne, puis dans la Haute-Marne jusqu’à Chaumont.
Ce maquis rassemblait des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), des prisonniers de guerre évadés et des membres d’équipages alliés abattus aux confins de la Marne, de l’Aube et de la Haute-Marne. Il était constitué de trois sections de FFI et sa devise était « Par force et par arme » .

L’accrochage à Matignicourt
Le 29 août 1944 à Matignicourt (Matignicourt-Goncourt, Marne) près de Vitry-le-François, la section commandée par le lieutenant Claude Lamort de Gail a attaqué une unité allemande d’automitrailleuses. Au cours de cette action, deux FFI ont été tués au combat : Raoul Demacon, domicilié à Homécourt (Meurthe-et-Moselle), et Louis Nascimbeni, domicilié à Saint-Rémy-en-Bouzemont (Marne).

Les exécutions à Naives
Six autres FFI ont été faits prisonniers et emmenés à Naives-devant-Bar (Naives-Rosières, Meuse), où ils ont été exécutés sommairement : Henri Baudemont, Louis Bianchi, Vitalis Gotantas, Pierre Klein, Pierre Rameau et Gudelis Zigmantas.

Le 29 août 1944 à 19 heures 45, Louis Pelletier, instituteur à Naives-devant-Bar, a vu arriver depuis la fenêtre de sa classe, un convoi d’automitrailleuses allemandes qui a stationné dans la cour du château et dans la rue Haute. Il a vu descendre d’un véhicule blindé six hommes en civil qui ont été brièvement interrogés puis emmenés vers la côte de Resson où vers 20 heures 30 retentirent les rafales de mitraillette.
Le lendemain matin, Louis Pelletier a découvert les six corps alignés et abandonnés sur place, recouverts de pieds de pommes de terre arrachés.
Le 31 août 1944, les Allemands quittèrent Naives-devant-Bar en fin d’après-midi.
Le 1er septembre, le maire de la commune fit confectionner six cercueils et procéda à l’identification des corps qui avaient été brutalisés et que Louis Pelletier photographia individuellement. Après la mise en bière, les six cercueils furent transportés à la morgue de Bar-le-Duc (Meuse).

Les exactions de la 3e Division de Panzergrenadier
On a longtemps cru que ces exécutions avaient été perpétrées par des SS. L’historien Jean-Pierre Harbulot a établi qu’il s’agissait de soldats appartenant à la 3e Division de Panzergrenadier, et plus précisément au 29e Régiment de Panzergrenadier, une « unité conventionnelle de l’armée régulière », constituée de « soldats ordinaires » de la Wehrmacht. La 3e Division de Panzergrenadier, après avoir combattu sur le front de l’Est en Russie, puis en Italie dans la région de Florence, a été ramenée en Allemagne, rééquipée et renforcée, puis envoyée en France pour protéger la retraite de la Wehrmacht et ralentir l’avancée de la IIIe Armée américaine du général Patton.
Du 29 au 31 août 1944, des unités appartenant à ce régiment se sont livrées à des exactions à Sermaize-les-Bains dans la Marne et dans les villages meusiens de la vallée de la Saulx : exécutions sommaires, massacres de civils, maisons incendiées.
.

Le monument de Naives-Rosières
Les noms des six FFI marnais sont gravés sur le monument érigé à l’emplacement de leur exécution, ainsi que celui du lieutenant Claude Lamort de Gail, qui commandait leur section et qui lui aussi a été fait prisonnier par les Allemands à Matignicourt, puis emmené vers une destination inconnue. Son corps n’a jamais été retrouvé et il a été porté disparu. Le lieutenant FFI Marc Lamort de Gail a participé à l’identification des six FFI exécutés à Naives, dont son frère Claude ne faisait pas partie.

Inauguré le 29 août 1945, le monument de Naives est constitué d’un obélisque de pierre surmonté d’une Croix de Lorraine, sur lequel est gravée l’inscription :

«  Ils sont tombés pour que se lève l’aurore de la délivrance
– 1944 –
Ici furent fusillés par les Allemands le 29 août 1944
six héros d’un groupe de Résistance de Vitry-le-François

-  BAUDEMONT Henri (domicilié à Saint-Quentin-les-Marais, Marne)
-  BIANCHI Louis (domicilié à Vitry-le-François, Marne)
-  GOTANTAS Vitalis (prisonnier de guerre lituanien évadé du camp de Mailly, Aube)

-  KLEIN Pierre (domicilié à Vitry-le-François, Marne)
-  RAMEAU Pierre (domicilié à Vitry-le-François, Marne)
-  ZIGMANTAS Gudelis (prisonnier de guerre lituanien évadé du camp de Mailly, Aube)

– Lieutenant LAMORT DE GAIL »

Chaque année à Naives-Rosières dans la Meuse, l’Amicale du Maquis des Chênes honore la mémoire des FFI qui y ont été exécutés le 29 août 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177247, notice Naives-devant-Bar (Naives-Rosières, Meuse), 29 août 1944 par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 8 décembre 2015, dernière modification le 6 mai 2020.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Le monument de Naives-Rosières
Le monument de Naives-Rosières
Un lieu de mémoire et de commémoration
Un lieu de mémoire et de commémoration
SOURCE : 
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Louis Pelletier, " La tragédie de Naives-devant-Bar-le-Duc ", Bulletin de la Résistance, n° 3, décembre 1945. – Jean-Pierre Harbulot, " Les massacres du 29 août 1944 dans la vallée de la Saulx et leurs suites judiciaires " , Meuse en guerres, Bar-le-Duc, Société des lettres, sciences et arts, 2010. – Jean-Pierre Husson, " La stèle du Maquis des Chênes à Margerie-Hancourt (Marne) et le Monument des fusillés à Naives-devant-Bar (Meuse ) ", dossier en ligne sur le site « Histoire et mémoires », CRDP-Académie de Reims, 2006-2014. – " Le monument des fusillés de Naives-devant-Bar ", in Jean-Pierre et Jocelyne Husson, La Résistance dans la Marne, dvd-rom, AERI-Département de la Fondation de la Résistance et CRDP-de Champagne-Ardenne, Reims, 2013.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément