BOYSSON Guy, Marie, Xavier, Jacques, de

Par Jean-Pierre Besse

Né le 5 août 1918 à Chindrieux (Savoie), mort le 4 décembre 2012 à Paris (IVe arr.) ; résistant ; militant communiste et des mouvements de la jeunesse et de la culture ; député de l’Aveyron (1944-1948)

Guy de Boysson dans les années 1940
Guy de Boysson dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Fils d’un directeur de la Compagnie des chemins de fer Paris-Orléans, Guy de Boisson fut élevé dans un milieu catholique et suivit un parcours scolaire classique dans son milieu : études secondaires au grand séminaire de Lyon, puis au lycée Janson de Sailly à Paris, facultés de droit de Paris et de Lyon enfin école libre des sciences politiques. Diplômé de cette école et docteur en droit avec une thèse sur Les écoles primaires privées et les pouvoirs publics, il était alors un militant actif des Auberges de jeunesse.

Mobilisé en 1939, il fit la campagne de France comme lieutenant et reçut la Croix de guerre. Membre du comité directeur des Auberges de jeunesse, en janvier 1943, il s’engagea la même année dans la Résistance. À Lyon puis dans la Drôme enfin à Paris, il participa à la direction clandestine des Forces unies de la jeunesse patriotique (FUJP), il était aussi membre du comité directeur du Mouvement de libération nationale.

Secrétaire général des FUJP, il fut nommé à ce titre, membre de l’assemblée consultative provisoire (novembre 1944) et proposa, entre autres, l’abaissement de la majorité électorale à dix-huit ans. Il se maria à Paris en novembre 1944.

Lors des élections du 21 octobre 1945 pour l’Assemblée nationale constituante, il conduisit la liste d’union républicaine soutenue par le Parti communiste dans l’Aveyron. Il fut élu en même temps que les représentants des trois autres listes arrivées avant la sienne (liste républicaine de défense agricole, liste SFIO et liste MRP). Réélu en mai 1946 et en novembre 1946, il démissionna de son mandat en novembre 1948 lorsqu’il fut élu conseiller de l’Union française au titre de l’assemblée nationale.

Parallèlement, Guy de Boysson milita activement dans les organisations de jeunesse, de culture et dans les organisations proches du Parti communiste.

C’est ainsi qu’il représenta, en 1946, l’Union de la jeunesse républicaine de France au sein du CA de La république des jeunes (association fédérative des foyers, cercles, maisons de la jeunesse de France) créée en septembre 1944 à Lyon autour d’André Philip ; organisme qui devint peu après la fédération française des maisons des jeunes et de la culture. Il fut aussi président de la Fédération mondiale démocratique de la jeunesse et l’un des fondateurs, en 1948, de l’Union des jeunes dans la lutte pour la Paix. Vice président du Mouvement des combattants pour la Paix (avril 1949), il fut membre du conseil mondial de la Paix, créé en novembre 1950 à Varsovie. Durant cette période, il était aussi gérant associé des Éditions du jeune combattant.

En 1952, il quitta ces responsabilités et devint conseiller à la Banque commerciale pour l’Europe du Nord dirigée par les Soviétiques, il en devint le directeur, en 1957, puis le directeur général adjoint, en 1963, et le président directeur général en 1965.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17747, notice BOYSSON Guy, Marie, Xavier, Jacques, de par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 24 août 2020.

Par Jean-Pierre Besse

Guy de Boysson dans les années 1940
Guy de Boysson dans les années 1940
Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

SOURCES : DPF, op. cit. — Lucette Heller-Goldenberg, Histoire des Auberges de Jeunesse en France des origines à la Libération, 1929-1945, Publication de la faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Nice, 1985. — CAC 19960325 article 1, rapport RG PCF 1950 (communiqué par l’IHTP). — Lucette Heller-Godenberg, Histoire des auberges de jeunesse en France des origines à la Libération (1929-1945), 2 vol., 1985, Université de Nice. Voir index. — État civil de Chindrieux.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément