TROLLEY DE PRÉVAUX Charlotte née LEITNER Kalo

Par Jean-Marie Guillon

Née le 19 décembre 1907 à New York (États-Unis), exécutée le 19 août 1944 à Bron (Rhône) ; résistante du réseau de renseignement F2.

Charlotte Leittner était la deuxième épouse du capitaine de vaisseau Jacques Trolley de Prévaux, qui devint l’un des chefs du réseau Interallié-F2 (sous-réseau Anne, avril 1943). L’évolution de cet officier supérieur de la Marine et son engagement dans la Résistance furent certainement favorisés par les origines et les convictions de sa femme, issue d’une famille juive polonaise, socialisante, qui s’engagea elle aussi à ses côtés dans le réseau.

Charlotte Leittner était née à New York où ses parents – Isidore Leittner et Bertha Stieglitz - avaient émigré avant de revenir quelques années après dans leur Pologne natale et d’ouvrir un magasin (« Au chic parisien ») et une usine de feutre à Jaroslaw. Elle émigra en France en 1924, à Paris (Seine), où son frère était installé, pour devenir modiste et chapelière. Elle fit son apprentissage, puis fut employée comme mannequin dans les meilleures maisons de la capitale (Reboux, Madeleine Viennet, Élizabeth Arden) en même temps qu’elle suivit des cours de lettres à la Sorbonne. Ses parents vinrent à leur tour à Paris quelques années après et y ouvrirent un modeste atelier. Charlotte Leittner fit la connaissance de Jacques Trolley de Prévaux en 1933, mais celui-ci dut attendre la conclusion de son divorce et l’accord de la Marine pour se remarier avec elle. Le mariage eut lieu en mars 1940. Une fois Jacques mis en disponibilité par la marine, le 20 décembre 1941, le couple s’installa au Rayol-Canadel (Var). C’est là qu’il entra dans le réseau F2. Compte tenu des responsabilités assumées ensuite par Jacques Trolley de Prévaux Vox* au sein de ce réseau, il suivit les divers déplacements de la direction du sous-réseau qu’il dirigeait, d’abord à Nice (Alpes-Maritimes) au début de 1943, puis à Lyon (Rhône) dans l’été 1943 après l’arrestation de l’adjoint de Jacques Georges Makowski.

Charlotte et son mari furent arrêtés par les Allemands le 29 mars 1944 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Torturés, emprisonnés à Marseille, Nice, Lyon, ils firent partie de la dernière fournée de résistants exécutés sur ordre de la Sipo-SD de cette dernière ville, le 19 août 1944.
Elle obtint la mention « Mort pour la France ». Son nom est gravée sur le monument aux mortd du Lavandou (Var).

Leur fille Anne, née à Nice en juin 1943, récupérée par la famille de son père (très hostile à son remariage et à son engagement dans la Résistance), découvrit très tard l’histoire de ses parents, ce dont elle fit le récit dans un témoignage émouvant publié en 1999.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177741, notice TROLLEY DE PRÉVAUX Charlotte née LEITNER Kalo par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 6 janvier 2016, dernière modification le 11 décembre 2020.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Site Internet Mémoire des Hommes.— L’Echo des carrières, bulletin de l’Association culturelle des Juifs du Pape n°70 janvier 2013.— Aude Trolley de Prévaux, Un amour dans la tempête de l’histoire. Jacques et Lottka de Prévaux, Paris, Kiron-Éd. du Félin, coll. Résistance-Liberté-Mémoire, 1999.— Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var, Aix-en-Provence, thèse de doctorat d’Histoire, Université de Provence (Aix-Marseille I), 1989. — Jean Médrala, Les réseaux de renseignement franco-polonais 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 2005. — SHD Vincennes, photo exposée.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément