Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes), Prelles, 19 août 1944

Par Jean-Marie Guillon

À l’annonce du Débarquement allié en Provence, le maquis FTP de Béaussac (Vallouise) sabotèrent le pont sur la Durance, le 15 août 1944 et exercèrent la surveillance de la route nationale. D’après le récit de l’abbé Richard (Duchamblo), le samedi 19 août, une patrouille d’une trentaine de soldats allemands venant en car de Briançon fut prise à partie au lieu-dit Rocher-Baron (Saint-Martin-de-Queyrières), vers 14 heures, par la dizaine de maquisards postés en surplomb de la route, face au hameau de Prelles. Le car fut stoppé, les soldats prirent des otages car il y avait du monde au village, ce jour étant celui de la distribution des denrées rationnées. Ces otages, contraints de rester debout, durent approvisionner en munitions les militaires cachés de part et d’autre de la route. L’échange de coups de feu dura une partie de l’après-midi et prit de l’ampleur à l’arrivée des renforts de chaque côté. Les Allemands qu’une estafette était allée chercher tentèrent de prendre les maquisards à revers. Durant cette manœuvre, l’un d’eux fut tué par un maquisard, surpris alors qu’il était venu chercher du pain à la maison de la famille Viollin, à Prelles. Plusieurs voisins étaient venus se réfugier dans cette maison devenue une cible pour les assaillants. Martine Cézanne, née Celse, fut tuée alors qu’elle avait son bébé au sein. Un autre soldat allemand aurait été mortellement blessé. Les soldats mirent le feu à la maison et tirèrent sur ceux qui en sortaient. Jean-Baptiste Sézanne, Zélie Celse et le jeune Jean Viollin furent ainsi abattus, tandis qu’une autre fille de Madame Celse et Madame Viollin étaient blessées par les tirsou les éclats de grenade. La ferme fut incendiée, ainsi que plusieurs chalets. Après que le combat ait continué autour du Rocher-Baron, les maquisards décidèrent le repli. L’un d’eux, Alfred Mondet, qui arrivait en camionnette, fut abattu sur la rive de la Durance et son compagnon, qui put fuir, fut blessé. Un autre FTP, Joseph Gignoux, fut arrêté sur la route porteur d’un message et fusillé le soir à à Villar-Saint-Pancrace (Hautes-Alpes).

Liste des victimes
CELSE Martine épouse SÉZANNE
COLOMBAN Zélie, Julie veuve CELSE
GIGNOUX Joseph, FTP
MONDET Alfred, FTP
SÉZANNE Jean-Baptiste
VIOLIN Jean, Amour

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article177778, notice Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes), Prelles, 19 août 1944 par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 7 janvier 2016, dernière modification le 27 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Richard Duchamblo, Cahiers "Maquisards et Gestapo", Gap, Ribaud Frères, 19 cahiers 1945-1949, reprint 2005 : Gap, Éditions des Hautes-Alpes, tome 2, 10e cahier. — Jacqueline Routier, Briançon à travers l’histoire, Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, 1981.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément