BRANDON Paul, Marie, Eugène

Par René Lemarquis

Né le 2 juin 1899 à Troyes (Aube), mort le 15 décembre 1983 à Nice (Alpes-Maritimes) ; instituteur ; syndicaliste et socialiste de l’Aube.

Fils d’un taillandier, Paul Brandon, instituteur, se maria le 25 août 1920 à Viviers-sur-Artaut (Aube) avec la fille d’un cafetier. Directeur d’école puis directeur de journal, il fut un militant syndicaliste et socialiste. Membre actif du syndicat national des instituteurs de l’Aube, il devint secrétaire de rédaction de l’organe syndical l’Aube ouvrière après le congrès de réunification de décembre 1935. En 1936, il fut élu secrétaire adjoint de la Fédération socialiste de l’Aube dont P. Brossolette était secrétaire général. De 1936 à 1940 Brandon fut aussi secrétaire adjoint du SNI et, à ce titre, membre de la commission exécutive de l’UD-CGT. Il condamna publiquement en octobre 1939 les syndicalistes qui n’avaient pas désavoué le Pacte germano-soviétique.
Participant activement à la Résistance dans le mouvement Libération-Nord, il fut membre du comité départemental de Libération et présida la commission d’épuration en 1944-1945. Médaillé de la Résistance, Brandon fut délégué de la Champagne aux États généraux de la Renaissance française. Après la guerre, devenu directeur de l’orphelinat Audiffred à Troyes, il fut de nouveau secrétaire fédéral adjoint de la SFIO de l’Aube et fut réélu dans cette responsabilité en 1952. il fut de nouveau secrétaire fédéral adjoint de la SFIO de l’Aube. Membre de la commission administrative et du comité de rédaction du Réveil de l’Aube, organe socialiste, jusqu’en décembre 1946, il fut également rédacteur de l’Aube ouvrière, organe de la CGT où il représenta le SNI jusqu’à la scission de 1947.

Désigné comme conseiller dans le conseil municipal provisoire de Troyes à la Libération il fut réélu dans cette fonction le 29 octobre 1945 puis le 19 octobre 1947. Il fut alors 4e adjoint au maire. Le 37e congrès du Parti socialiste (août 1945, l’élut à la commission exécutive de la Fédération nationale des élus municipaux socialistes dont le secrétaire général était Georges Hirsch. Dirigeant des associations d’élus socialistes du département et des anciens du Parti, il fut candidat aux élections sénatoriales en 1959.


En 1976, il dirigeait le quotidien Libération Champagne d’inspiration socialiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17786, notice BRANDON Paul, Marie, Eugène par René Lemarquis, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 2 mai 2015.

Par René Lemarquis

SOURCES : OURS, Fédération de l’Aube.— L’Aube ouvrière 1935-1939. — L’Aube libre. — Le Réveil de l’Aube, 1944-1946. — Libération Champagne après 1945. — Le Populaire, 16 août 1945. — Notes de Jean Battut, de Jacques Girault et de Claude Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément