BESSE René, Louis

Par Claude Pennetier

Né le 14 mai 1923 à Créteil (Seine, Val-de-Marne), mort le 26 novembre 2013 à Limoges (Haute-Vienne) ; militant communiste de Créteil ; déporté.

Fils d’un cimentier, Louis Besse, qui fut candidat communiste aux élections municipales de 1929 à Créteil, et Louise Madranges, ouvrière dans l’entreprise Marquises (crayons), René Besse naquit dans une famille ouvrière d’origine paysannes corrézienne.
Apprenti imprimeur taille doucier depuis l’âge de treize ans à la Société des procédés Serge Beaune SPSB, avenue de Verdun à Créteil, il habitait 42, rue Louise à Créteil, où son père avait construit une maison. Celui-ci s’était mis à son compte comme maçon. René Besse aurait été influencé par deux de ses cousins, Jean Vigignial qui fut volontaire en Espagne républicaine et Jean Vial, militant communiste.

Nouvel adhérent, responsable des Jeunesses communistes de Créteil en 1938 avec Paul Hervy, Raymond Le Bihan, Georges Mapataud et Roger Ménielle, René Besse fut arrêté en octobre 1940 et emprisonné à Fresnes jusqu’à sa libération en janvier 1941. À nouveau arrêté dans la rafle du 28 avril 1942, il fut déporté en Allemagne à Auschwitz par le convoi 42 du 6 juillet 1942. Il fit partie de 119 survivants de ce convoi, matricule 45240. Le 3 avril 1945 il s’évada lors des bombardements du camps de Nordhausen. Il fut rapatrié en France le 23 avril.

Marié le 6 septembre 1947 à Créteil avec Blanche Philippe, divorcé, remarié le 18 juillet 1959 à Créteil avec Jeanne Bardo, il s’installa ensuite à Bonneuil-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne). Retraité, il se retira en Limousin, au village Peyrilhac (Haute-Vienne) à une dizaine de kilomètres d’Oradour-sur-Glane. Toujours actif en 2009, il donna son témoignage à Laurent Lavetve.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1780, notice BESSE René, Louis par Claude Pennetier, version mise en ligne le 14 août 2009, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Renseignements communiqués par Jeannine Gruselle. — Laurent Lavetve, Mille et neuf jours. René Besse, la force d’un résistant déporté, 2009. — Le centre la la Mémoire d’Oradour-sur-Glane conserve un petit fonds René Besse, 6 FP. — Site Mémoire Vive. — État civil de Créteil. — Site Match ID, Acte n°2530, Source INSEE : fichier 2013, ligne n°530246. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément