MORU Charles

Par Romain Delmas

Né en 1847 dans l’Aisne ; menuisier ; anarchiste du Maine-et-Loire et d’Indre-et-Loire.

Marié, père de deux enfants, Charles Moru se fit connaître dans les années 1890 à Tours, année où il participe avec Georges Rétif à l’animation du groupe d’étude sociale « La Sentinelle ». Dès lors fait parti de tous les recensements préfectoraux liés aux anarchistes jusqu’en 1892 où il quitte Tours. On retrouve sa trace durant les années 1893-1894 à Angers. Là bas il rejoint les compagnons de Trélazé et rencontre à
cette occasion Léon Volke, gérant de La Cravache, journal de Roubaix condamné à plusieurs reprises pour son propos ouvertement libertaire. Partisan de la propagande par le fait et de la grève générale, il est arrêté à Nantes, en 1893, dans le cadre d’une enquête faisant suite à un attentat à la dynamite dans cette même commune. Toujours en 1893 il fut suspecté de faire partie du groupe ayant préparé l’affichage des placards « Morts aux juges, mort aux jurés » et « Les dynamitards aux
Panamitards » ; convoqué, il ne fut pas poursuivi. L’année suivante, en avril, il se fit perquisitionner et se fit saisir des registres de travail. Il en perd it son travail. A cette date, il correspondant toujours avec Georges Rétif à Tours. Nous perdons sa trace dans les années qui suivent. Durant tout le temps de sa visibilité, il fut correspondant pour le Père Peinard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178102, notice MORU Charles par Romain Delmas, version mise en ligne le 22 janvier 2016, dernière modification le 19 octobre 2020.

Par Romain Delmas

SOURCES : Arch. Dép. Indre-et-Loire, séries 4M et 1M. — Romain Delmas, Le mouvement anarchiste en Indre-et-Loire : 1889-1913, 2015, Université François Rabelais de Tours.

Version imprimable Signaler un complément