BRAVEY Marcelle [née CAZIMIR Marcelle]

Née le 20 septembre 1906, à Toulouse (Haute-Garonne), morte le 30 octobre 2003 à Guilherand-Granges (Ardèche) ; institutrice ; syndicaliste de l’enseignement de l’Ardèche.

Ses origines étaient modestes : le père, employé à sa naissance, avait été gendarme dans l’Ariège, sa mère était culottière. Titulaire du brevet élémentaire (1922), elle commença dans l’enseignement comme suppléante en 1927 à Montselgues en Ardèche, département déficitaire et passa le CAP. Après son mariage avec l’instituteur Daniel Bravey en 1927, nommée en poste double à Vanosc, titularisée le 1er janvier 1928, elle y enseigna dans ce département jusqu’à sa mutation au Pouzin en 1943 qu’elle quitta pour être nommée à Saint-Laurent-sous-Coiron en 1948.
La carrière militante de Marcelle Cazimir avait commencé lorsqu’elle rencontra son mari, instituteur syndiqué qui lui apprit tout du syndicalisme. Elle appartint à la tendance majoritaire de la Fédération et assista à plusieurs congrès nationaux. En 1928-1929, elle fut secrétaire du groupe féministe de l’enseignement laïque de l’Ardèche qui groupait 26 adhérents et, en 1930, elle devint secrétaire du comité central des groupes féministes. Longtemps sympathisante du PC, elle s’en éloigna vers 1930.
À la fin des années 1930, elle était membre du Conseil départemental de l’enseignement primaire
Après 1949, Marcelle Bravey fut détachée au centre médico-professionnel d’Arnouville puis, en 1950, elle prit la direction d’une classe d’observation du Centre pour mineurs inadaptés créé par son mari à Orléans (Loiret) et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1962.

Les principales féministes dans le Maitron : https://maitron.fr/spip.php?mot192

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article17824, notice BRAVEY Marcelle [née CAZIMIR Marcelle], version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 10 février 2020.

SOURCES : Arch. Dép. Ardèche, 1 T 814. — École émancipée. — Bulletin des GFEL. — Dossier de l’EN, lettre du 30 novembre 1971. — Anne-Marie Sohn, thèse, (op. cit.— Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément