BOYER Charles, Gaston, Ernest

Par Huguette Juniet

Né le 6 mars 1914 à Cormeilles-en-Parisis (Seine-et-Oise), mort sous la torture dans la nuit du 30 au 31 juillet 1944 à Chamalières (Puy-de-Dôme) ; dessinateur industriel ; résistant du réseau Mithridate des FFC et de l’Armée Secrète du Puy-de-Dôme.

Fils de Gaston Boyer, employé aux chemins de fer de l’État, et de Ernestine Rocher, sans profession, Charles Boyer s’était marié le 29 janvier 1940 avec Marguerite Godet à Chamalières (Puy-de-Dôme) où il habitait 13 chemin du Clorat. Il fut embauché comme dessinateur Industriel à l’Atelier Industriel de l’Aéronautique (AIA) à Aulnat au début de l’année 1940.
À la fin de 1943, il quitta l’entreprise gérée par les Allemands et s’engagea dans la Résistance.Il dirigea le maquis à Saint-Hérent (Puy-de-Dôme) et rejoignit avec ses éléments le réduit de La Truyère (Cantal), en mai 1944 . Nommé capitaine de la 15e Compagnie, puis adjoint du Commandant Buret, il participa aux combats du Mont- Mouchet (11,12 et 13 juin 44) et du réduit de La Truyère (20, 21 et 22 juin 44).
Fin juin 1944, il regagna la région de Sauxillanges (Puy-de-Dôme) et participa au combat de Chaméane, le 30 juillet 1944. Blessé au bras, il fut fait prisonnier par un commando mixte constitué par des soldats allemands et des agents du Sipo SD. Il fut transféré immédiatement à la villa René à Chamalières, siège de la Gestapo, pour interrogatoire.
Sous les pires souffrances et affreusement torturé (à coups de matraques de plomb) par les auxiliaires français de la Gestapo, il refusa de parler et de livrer ses camarades Il serait décédé le soir même vers 23 heures.
Il a été enterré dans un trou d’obus à l’aérodrome d’Aulnat début août en même temps que furent exécutés l’ingénieur Alfred Lelluch et Georges Arnaud .
Son corps a été retrouvé et identifié dans un charnier de 29 corps le 11 janvier 1947.
Charles Boyer a reçu la mention « Mort pour la France », il a été fait Chevalier de la Légion d’Auvergne et décoré de la Croix de Guerre 39-45 et de la Médaille de la Résistance.
Son nom figure sur la stèle placée dans l’enceinte des Ateliers Industriels Aéronautiques à Aulnat, parmi les très nombreuses victimes de la barbarie nazie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178370, notice BOYER Charles, Gaston, Ernest par Huguette Juniet, version mise en ligne le 2 mars 2016, dernière modification le 11 janvier 2022.

Par Huguette Juniet

SOURCES : AVCC Caen, AC 21 P 32356 et AC 21 P 716420, dossiers mort pour la France et interné pour Charles Boyer (nc). — SHD Vincennes, GR 16 P 86428, dossier résistant pour Charles Boyer (nc). — Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945. — Site les Amitiés de la Résistance. — Gilles Cordet, François Lévy À nous l’Auvergne , Presses de la Cité, 1990. –— Eugène Martres, L’Auvergne dans la tourmente 1939-1945 , Éditions De Borée, 1998. — Air Arvernes, journal de la base d’Aulnat . — Extraits de journaux locaux. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément