POCALY Marcel

Par Gilbert Beaubatie

Né le 1er septembre 1921 à Brive (Corrèze) ; tourneur sur bois ; membre des Jeunesses communistes ; déporté à Buchenwald ; mort le 10 mars 1945 à Langenstein-Zwieberge.

Depuis 1937, il faisait partie des Jeunesses communistes, et dès le mois d’août 1940, il mena « une action contre le fascisme. » Le 19 août, aux grottes de Lamouroux (commune de Noailles), il s’entretint, avec onze camarades et Pierre Georges, membre du Comité central de la Jeunesse communiste, et futur colonel Fabien. La décision fut prise de trouver une ronéo et du papier afin de fabriquer des tracts ; de la craie et de la peinture rouge pour inscrire sur les murs des mots d’ordre ; mais aussi des armes, qui, aux dires de Pierre Georges, « seront utiles un jour. »
Après l’arrestation de Robert Delord le 8 novembre 1940, c’est dans l’atelier de menuiserie de son père, que Marcel Pocaly se mit à tirer des tracts à la ronéo, avec l’aide d’un jeune plâtrier, Dante Nesti.
Mais le 7 janvier 1941, à la suite d’une perquisition, sous un tas de planches, furent découverts non seulement la ronéo, mais aussi le matériel de triage, des tracts et des brochures. Marcel Pocaly fut sur le champ écroué à la prison de Tulle, et trois mois plus tard, condamné à deux ans de prison et 100 francs d’amende.
Après un séjour, d’abord à la centrale d’Eysses (Lot-et-Garonne), puis au fort de Barraux (Isère), il fut déporté à Buchenwald, où il arriva le 3 juillet 1944 (matricule au KL : 60 882).
Il est mort le 10 mars 1945 à Langenstein-Zwieberge.
Une rue de Brive porte son nom, à la suite d’une délibération du conseil municipal le 18 septembre 1947 ; une plaque commémorative a été apposée sur sa maison natale, au n° 5 de la rue Blaise-Raynal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178537, notice POCALY Marcel par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 12 février 2016, dernière modification le 12 février 2016.

Par Gilbert Beaubatie

SOURCES : Jean-Paul Lartigue-Jean Watson, BRIVE-Histoire et Dictionnaire des noms de rues, éditions du Ver Luisant, 2008, p. 390. — Maquis de Corrèze, 5e édition, Naves, 1995, pp.98, 107, 109, 110 et 114. — France, 10 juin 1945.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément