OHRESSER André

Par Daniel Grason

Né le 21 septembre 1896 à Ermont (Seine-et-Oise, Val-d’Oise), tué au combat le 25 août 1944 à Champigny-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne) ; commerçant ; membre de la Défense passive ; F.F.I.

stèle André Ohresser à Champigny-sur-Marne

Fils de Aloïse Ohresser, gendarme et de Marie, Aline Dumontier, sans profession, André Ohresser était veuf de Marthe Vieillame et de Madeleine Larcelet. Il était commerçant à Nogent-sur-Marne.
Mobilisé en 1940, fait prisonnier il fut rapatrié en raison de la santé de son épouse. Résistant, membre de Libération Nord, il était en contact avec le groupe Franklin de Champigny-sur-Marne et créa le groupe de Nogent-sur-Marne (section « section bleus »). Il avait le grade de lieutenant dans la 1ère section du 1er régiment FFi zone Est. Lors des combats de la libération, le 19 août 1944, il rejoignit le groupe Franklin de Champigny-sur-Marne
Chef d’îlot de la défense passive de Nogent-sur-Marne, il fut tué le 25 août 1944 par une grenade, alors qu’il cernait avec son groupe de FFI plusieurs soldats allemands à Champigny-sur-Marne. Alsacien d’origine, il avait tenté à l’aide d’un drapeau blanc et en langue allemande, d’obtenir la reddition de soldats allemands à l’angle de la rue des Ormes et de la route de Villiers-sur-Marne (aujourd’hui avenue du Général-de-Gaulle)
.
Le nom d’André Ohresser figure sur le monument des morts de la Défense passive au cimetière du Montparnasse à Paris (XIVe arr.), sur le monument commémoratif dédié aux morts pour la Libération place du Maréchal Foch à Nogent-sur-Marne.
Le conseil municipal de Champigny-sur-Marne donna le nom du Lieutenant-André-Ohresser à la rue des Ormes. Le ministère des Anciens lui attribua la mention « Mort pour la France », et l’homologua FFI.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178692, notice OHRESSER André par Daniel Grason, version mise en ligne le 21 février 2016, dernière modification le 19 mars 2022.

Par Daniel Grason

stèle André Ohresser à Champigny-sur-Marne

SOURCES : SHD, Caen AC 21 P 126095. – Philippe Gesret, Au cœur de la Préfecture de Police : de la Résistance à la Libération, la Défense passive, 2011. — Site internet « La Libération de Paris » de Gilles Primout. – Site internet GenWeb. — État civil, Ermont 3E 65 22 1895-1896. — Arch. mun. de Champigny-sur-Marne 4H. — Supplément à Champigny notre ville n°351 mai 2004, 60e anniversaire La Libération (notes Annie Pennetier).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément