DE STOPPELEIRE Louis, Ernest

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 28 décembre 1922 à Paris (XIVe arr.), pendu par des SS le 25 août 1944, à Bois-Guilbert (Seine-Inférieure, Maritime) ; maquisard du groupe « Les diables noirs » du réseau anglais Jean-Marie Buckmaster (SOE) ; Maquis de Ry (Seine-Inférieure, Maritime)

Les villages cités sont voisins de Ry, communément considéré comme le village où se situe l’action de Madame Bovary (Seine-Inférieure, Maritime).
Louis De Stoppeleire, réfractaire au STO, s’était réfugié dans une commune forestière du canton d’Argueuil : La Chapelle-Saint-Ouen où il exerçait l’activité de charbonnier forestier. Le 25 août 1944, ce partisan était porteur d’un fusil en bandoulière, parcourant la forêt. C’est dans la commune de Bois-Guilbert où il arrivait à travers bois accompagné de Jean Fleury, également armé, qu’ils rencontrèrent des SS qui cantonnaient dans le village. Ils leur demandèrent leurs papiers et les pendirent à un arbre à l’écart, dans la forêt.
En partant du centre de Bois-Guilbert dans la direction d’Héronchelles se trouve en lisière de la forêt (un) monument édifié en souvenir de deux jeunes gens armés qui furent surpris et capturés à cet endroit par un bataillon SS… . Ils furent, aux dires de témoins municipaux de l’époque, forcés de creuser leur tombe avant d’être pendus avec du fil de clôture puis achevés par balles. Le réseau des Diables Noirs auquel appartenaient les victimes avait été créé par les frères Henri et Raoul Boulanger au sein de la scierie dont ils étaient propriétaires à Saint-Denis-le-Thibout. Arrêtés par la Gestapo le 14 mars 1944, les deux frères qui ne révélèrent rien de décisif sous la torture, permirent aux Diables Noirs de continuer, en dépit de nouvelles arrestations et déportations, leur action jusqu’à la libération totale de la Seine-Inférieure vers le 30 août 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178812, notice DE STOPPELEIRE Louis, Ernest par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 29 février 2016, dernière modification le 3 janvier 2021.

Par Jean-Paul Nicolas

SOURCES : Association Départementale des Familles de Fusillés de la Résistance de Seine-Maritime 1992 : Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime, 1940-1944. — Éditions Flohic 1997 : Le patrimoine des communes de la Seine-Maritime, commune de Bois-Guilbert, page 191. — Enquête sur place JPN. — DAVCC Caen, notes de JPN.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément