VIDAL Paul.

Par Jacques Girault, Jean-Marie GUILLON

Né le 12 juillet 1912 à Poussan (Hérault), mort le 27 mai 1996 à Toulon (Var) ; ouvrier ajusteur ; résistant ; militant syndicaliste à La Seyne (Var) ; militant communiste.

Fils d’un journalier de nationalité espagnole, Paul Vidal, ajusteur mécanicien, habitait Toulon, avenue de Valbourdin, en 1938. Ouvrier ajusteur aux Forges et chantiers de la Méditerranée de La Seyne, il devint agent technique (atelier des turbines, puis montage des machines). Mobilisé jusqu’en juillet 1940, communiste et syndicaliste, il participa à la reconstitution clandestine du syndicat CGT de l’entreprise en 1941. Il fit partie, en 1943, du triangle de direction de l’Union départementale CGT clandestine avec Joseph Bessone et Mathieu Barra sous le pseudonyme de Perrault. Au cœur des revendications ouvrières aux chantiers, il remplaça Justin Portalis comme représentant de la CGT au Comité départemental de Libération. Il quitta le département en mai 1944 pour rejoindre sa famille dans la Drôme ou dans le Vaucluse et fut remplacé par Bessone au CDL.

À la Libération, Vidal participa à la réunion du comité départemental de Libération, le 13 septembre 1944, consacrée à la situation municipale de La Seyne. Il y présenta une nouvelle liste du comité local de Libération, le premier avec Lamarque ayant été refusé. Amigas protesta à propos de l’absence d’un socialiste et d’un membre des Mouvements unis de la Résistance et proposa de revenir à la liste du premier CLL. Membre fondateur du Comité local de Libération de La Seyne, Vidal s’opposa à l’intégration de Albert Lamarque dans le CLL, lui reprochant d’avoir présenté favorablement la Charte du Travail dans deux articles du Petit Provençal (22 décembre 1941, 21 janvier 1942). Le Préfet et Franck Arnal proposèrent d’intégrer Lamarque dans le CLL ce que refusérent les représentants du Front National, le la CGT et du Parti communiste. Vidal, proposé par Lamarque comme éventuel conseiller municipal, le 21 septembre 1944, devint le secrétaire général de l’Union locale CGT de La Seyne. En juillet 1947, il signait les circulaires de l’Union départementale CGT en tant que secrétaire.

Agent de maîtrise, mutilé du travail, mutualiste, secrétaire du syndicat CGT des métaux de La Seyne, administrateur sortant, Vidal fut réélu sur la liste CGT pour siéger au conseil d’administration de la Caisse primaire de Sécurité sociale. Vice-président des caisses de Sécurité sociale et de vieillesse, il se représenta, le 8 juin 1950. Membre du comité fédéral du Parti communiste français, il présidait dans les années 1950 l’association des accidentés et mutilés du travail du Var. En 1950, secrétaire départemental du Secours populaire français, il participa aux actions dans le Var lors du procès d’Henri Martin.

Licencié en 1947 ou en février 1950, selon les témoignages, des FCM à la suite d’une action revendicative, Paul Vidal entra dans la marine marchande.

Marié en juillet 1938 à Carpentras (Vaucluse) avec une journalière, fille d’Espagnols, Paul Vidal s’occupait des retraités CGT jusque dans les années 1980. Il fut aussi secrétaire juridique et secrétaire général du groupement toulonnais des Mutilés du Travail, devenu Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article178897, notice VIDAL Paul. par Jacques Girault, Jean-Marie GUILLON, version mise en ligne le 2 mars 2016, dernière modification le 9 juin 2021.

Par Jacques Girault, Jean-Marie GUILLON

SOURCES : Arch. Dép. Var, 18 M 97. — Arch. Com. La Seyne. — Presse locale. — Sources orales. — Note de Daniel Blèche.

Version imprimable Signaler un complément