TOUJAS Jean, Pierre, François

Par Jacques Girault

Né le 5 octobre 1913 à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), mort le 18 janvier 1997 à Astugue (Hautes-Pyrénées) ; instituteur ; militant communiste ; député des Hautes-Pyrénées ; conseiller de l’Union française.

Fils d’un cantonnier, Jean Toujas devint instituteur. Résistant FTPF, il fut élu député communiste des Hautes-Pyrénées aux deux Assemblées nationales constituantes (21 octobre 1945-10 juin 1946, 2 juin 1946-27 novembre 1946) dans lesquelles il fut membre des commissions de la justice et de la législation générale. Il fut désigné comme juré de la Haute Cour de Justice pendant la première assemblée et comme suppléant à la commission d’instruction de la Haute Cour de Justice pendant la deuxième. Élu député à l’Assemblée nationale le 10 novembre 1946, il siégea jusqu’à la fin du mandat. Membre de la commission de la justice et de la législation générale, le 22 janvier 1947, il fut désigné pour faire partie de la sous-commission de douze députés devant rédiger la proposition la loi générale, dite loi de 1948 sur les loyers. Lors du renouvellement de 1951, la liste communiste n’eut aucun élu conséquence de la loi des apparentements. Il devint alors à Vienne (Autriche) secrétaire de la fédération internationale des Résistants, responsabilité qu’il conserva peu de temps. Désigné pour siéger dans le Conseil de l’Union française en 1953, et il en demeura membre jusqu’à sa disparition en 1958.

Membre du Parti communiste depuis 1938, Jean Toujas devint membre du secrétariat de la fédération des Hautes-Pyrénées du Parti communiste français en 1947 et le resta jusqu’en 1956. Souvent absent, réélu au seul comité fédéral jusqu’en 1959, il retrouva le bureau fédéral en 1959 et ne fut pas réélu par la conférence fédérale suivante. Il devait être candidat au Conseil général en 1958 et tête de liste aux élections municipales de 1959 à Bagnères-de-Bigorre. Il dut y renoncer et son frère le remplaça.

Après 1959, Jean Toujas reprit son métier d’instituteur et continua à militer dans la Bigorre. Il se maria en août 1992 à Bourg-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées).

Son décès fut signalé dans les carnets de l’Humanité, le 22 janvier 1997.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179303, notice TOUJAS Jean, Pierre, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 16 mars 2016, dernière modification le 29 septembre 2016.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément