TOUZAN Michel, Jean, Auguste

Par Jacques Girault

Né le 13 mai 1936 à Caen (Calvados) ; professeur ; militant syndicaliste ; militant communiste dans la Seine-Maritime ; adjoint au maire de Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime).

Michel Touzan en 2005 expliquant les origines du camp militaire américain à Gonfreville-l’Orcher.
Michel Touzan en 2005 expliquant les origines du camp militaire américain à Gonfreville-l’Orcher.

Fils d’un professeur communiste à Caen (Calvados) et d’une institutrice, Michel Touzan reçut les premiers sacrements catholiques. Après une scolarité primaire à Luc-sur-mer (Calvados), élève du lycée Malherbe à Caen (1948-1956), il termina ses études universitaires d’histoire-géographie à la Faculté des Lettres de Caen en 1960. Il effectua son service militaire de novembre 1961-mai 1963). Adjoint d’enseignement de 1960 à 1972 au lycée de la Porte océane au Havre (Seine-Maritime), reçu au CAPES en 1969, nommé en 1972 au collège Gustave Courbet de Gonfreville-l’Orcher, il y enseigna jusqu’à sa retraite en 1996.

Membre du Syndicat national de l’enseignement secondaire, commissaire paritaire pendant trois années à la fin des années 1960, secrétaire de la section syndicale (S1) de son collège de 1974 à 1996, il anima le jumelage enseignant et le comité local de jumelage avec la République démocratique allemande.

Il se maria religieusement en décembre 1960 à Gonfreville-l’Orcher avec Michèle Mouquet, catholique pratiquante, institutrice puis directrice d’école, fille d’un ouvrier métallurgiste (soudeur) et d’une restauratrice, qui décéda en 2013. Le couple eut trois enfants.

Membre de l’Union des étudiants communistes à Caen, élu au conseil d’administration de l’association générale des étudiants de la Faculté des Lettres, il participa au festival mondial de la Jeunesse en URSS en 1957. Adhérent au Parti communiste français depuis 1959, plus tard, il fut secrétaire d’une cellule, puis de la section communiste de Gonfreville-l’Orcher en 1965, chargé de la propagande. Élu conseiller municipal en 1965, réélu en 1971 et en 1977, il devint alors adjoint au maire de Gonfreville-l’Orcher, chargé des affaires culturelles et de la jeunesse jusqu’en 1989. Puis, seulement conseiller municipal jusqu’en 2001, il participa aux commissions scolaires et culturelles. Il fut actif dans le comité gonfrevillais de « jumelage et d’échanges internationaux » avec Teltow (République démocratique allemande) et J’Réfia (peuple Sahraouis).

Michel Touzan fut, en 1967 et en 1972, candidat communiste au Conseil général dans le canton de Saint-Valéry-en-Caux.

Militant du Mouvement de la Paix, militant intensément contre l’intervention des Américains au Vietnam, puis contre l’armement atomique, il était engagé dans les actions de l’Union française dans les œuvres de vacances et d’animation laïques.

Avec son épouse, il dirigea pendant dix ans une colonie de vacances à Littry (Calvados) dans le cadre de l’association “Le Foyer des Jeunes“ que dirigeaient ses parents puis son frère.Plus tard, avant 2005, il participa à un ouvrage collectif sur la population des cités de Gonfreville-l’Orcher et en 2014. Il s’attachait à peaufiner les recherches historiques qu’il avait engagées sur les vestiges de la Première Guerre mondiale, notamment sur l’explosion de la poudrière de l’armée belge en décembre 1915. Par la suite, il s’intéressait à la Résistance dans la région et à l’installation des camps militaires américains dans la région. Il rédigea un DVD, « Essai de synthèse historique de ma commune Gonfreville-l’Orcher » et la réalisation de parcours historiques avec les membres du club “Curiosité“.

En 2016, Michel Touzan militait au PCF.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179423, notice TOUZAN Michel, Jean, Auguste par Jacques Girault, version mise en ligne le 22 mars 2016, dernière modification le 22 mars 2016.

Par Jacques Girault

Michel Touzan en 2005 expliquant les origines du camp militaire américain à Gonfreville-l’Orcher.
Michel Touzan en 2005 expliquant les origines du camp militaire américain à Gonfreville-l’Orcher.

ŒUVRE : Participation à l’ouvrage collectif sous la direction de John Barzman, Gonfreville l’Orcher : mémoire des cités 1947-1980, Fécamp, Editions des Falaises, 2005.

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Presse. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément