RIVAULT Pierre, Achille, Julien [pseudonymes dans la Résistance : Bibbia, Bibi, Jammes]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 6 mai 1920 à Tours (Indre-et-Loire), exécuté sommaire dans la nuit du 19 au 20 juillet 1944 à Sénez (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; ouvrier d’État ; maquisard Francs-tireurs et partisans (FTP), chef de maquis.

Ouvrier de la marine travaillant à l’usine des torpilles du hameau des Bormettes à La Londe (Var), sans doute membre des Jeunesses communistes, il rejoignit l’un des premiers, au début mars 1943, le maquis que les FTP venaient de créer non loin de Sainte-Maxime (Var). Il fut immatriculé sous le numéro 61.029 et prit le pseudonyme de Bibbia (ou Bibi). Il suivit ce maquis, devenu camp Faïta, à travers les Maures (Var), puis fut désigné au début de 1944 comme chef du détachement Santerre alors que les maquisards étaient à Brue-Auriac (dans le Centre-Var). Il parvint à sauver son détachement attaqué le 16 janvier 1944, après avoir fait sauter le dépôt de munitions. Avec un nouveau pseudonyme, Jammes, il suivit les pérégrinations du maquis devenu la 1e compagnie FTP de Provence dans les Basses-Alpes. Son détachement, qui prit le nom de Venturucci*, l’une des victimes de l’attaque du 2 janvier 1944 à Signes (Var), quitta Lambruisse (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) à la veille d’une attaque meurtrière au début avril 1944 et fut affecté dans le sud des Basses-Alpes (Saint-Martin-de-Bromes), puis se replia dans le Var (Ginasservis, La Verdière) avant de remonter début mai d’où il venait et de s’installer autour de Sigonce (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence). Maquisard expérimenté, ayant participé à de nombreuses actions, Pierre Rivault fut nommé commandant d’une nouvelle compagnie FTP, la 13e, le 20 juin 1944. À la tête de cette compagnie qui était établie dans la haute vallée de l’Asse (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), il dirigea plusieurs embuscades et participa avec une trentaine d’hommes à la cérémonie organisée le 14 juillet, à Barrême (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), avec le maquis Armée secrète (AS)-Organisation de résistance de l’armée (ORA) Fort-de-France, commandé par la capitaine Gérard Pierre-Rose Manfred*. Pierre Rivault fut abattu avec au moins neuf de ses hommes au pont de La Maurelière (commune de Sénez) dans la nuit du 19 au 20 juillet 1944 en tentant d’échapper à l’étau allemand. Il aurait été fait prisonnier et torturé avant d’être exécuté. Il fut cité à l’ordre du sous-secteur FTP en juin pour avoir « dirigé une importante action contre l’ennemi avec courage et autorité », citation reprise à l’ordre de la Région par le commandement FTP.

Le 9 février 1945, son nom a été donné à la place centrale du hameau des Bormettes à La Londe (Var). Le même jour, fut inaugurée dans cette commune la stèle du Ponts des Martyrs de la Résistance où son nom figure également. Pierre Rivault a été décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 29 novembre 1946.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179581, notice RIVAULT Pierre, Achille, Julien [pseudonymes dans la Résistance : Bibbia, Bibi, Jammes] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 24 mars 2016, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. Dép. Var 93 J (fonds ANACR Var). ⎯ Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 653090et Vincennes GR 16 P 512987 (nc). — Bulletin intérieur d’information des Francs-Tireurs & Partisans des Basses-Alpes n°1, juillet 1944.— Le Chant du départ n°5 15 août 1944.— Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre mondiale dans les Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP des Alpes-de-Haute-Provence, 1992.—Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983.— Jean-Marie Guillon, La Résistance dans le Var, Aix-en-Provence, thèse de doctorat, Université de Provence (Aix-Marseille I), 1989.— Charles Pellegrino, La Résistance au pays des trois Asse, Clumanc, Éd. du Château, 2007.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément