MÉNIELLE Roger

Né le 12 juin 1921 à Paris (XIIe arr.), mort en déportation ; militant communiste de Créteil.

Fils de Lucienne Préau, et Maurice Ménielle, ouvriers (domiciliés 81 grande rue à Créteil), qui mourut en déportation à Buckenwald le 16 mars 1945, Marinier, Roger Ménielle pratiquait la boxe en compétition jusqu’au niveau régional, utilisant les primes pour aider sa famille. Il était un animateur des Jeunesses communistes à Créteil avec René Besse., Paul Hervy et Georges Mapataud. Arrêté le 10 octobre 1940 par les gendarmes de Créteil, avec Albert Duclos et Georges Mapataud pour "apposition de tracts communistes". Le 14 octobre 12e chambre du tribunal correctionnel de la Seine condamna chacun des trois militants à 6 mois de prison pour infraction aux décrets lois du 26 septembre 1939 interdisant le Parti communiste. Libéré le 4 avril 1941, il fut arrêté, à son domicile semble-t-il dans la grande vague répressive du 29 avril 1942 et interné à Royallieu, il fut déporté le 6 juillet 1942 à Auschwitz, dans le convoi des 45 000. Dans le camp il accepta de participer à des combats de boxe avec les Kapos. Il mourut vers la mi-mars 1945. Il a été vu pour la dernière fois par Pierre Monjault, de Maisons-Alfort, dans un camion découvert qui transportait les inaptes au travail vers la chambre à gaz.

Son père avait été arrêté le 24 janvier 1943 et déporté à Sachsen-Hausen. Selon la mention apposée sur son acte de naissance, il meurt le 16 mars 1945 à Buckenwald.
Leurs noms sont inscrits sur le monument au mort de Créteil.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179602, notice MÉNIELLE Roger, version mise en ligne le 25 mars 2016, dernière modification le 14 avril 2022.

SOURCE : Site Mémoire-Vive.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément