CHARBONNEL Léon

Par Daniel Grason

Né le 17 mai 1909 à Neussargues-Moissac, arrondissement de Saint-Flour (Cantal), mort le 25 août 1944 à Paris (XVIe arr.) ; membre de « Ceux de la Résistance », sergent F.F.I.

Fils de Étienne Charbonnel, marchand, et d’Adèle Degoul, ménagère, Léon Charbonnel s’était marié le 9 décembre 1935 à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine) avec Jeannine Moraillon et habitait à Paris, il était membre de « Ceux de la Résistance » créé en 1943, en avril 1944 ce mouvement comptait 12000 militants. En feront partie : Henri Manhès dit Frédéric, Jean de Vogüe, Michel Debré, Gilbert Grandval, Léo Hamon… Le 25 août 1944, grenade dégoupillée à la main, Léon Charbonnel se trouvait rue Paul-Valéry, touché par une balle de fusil, la grenade explosa et le déchiqueta.
Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France », et l’homologua F.F.I. Le nom de Léon Charbonnel figure sur les monuments aux morts de Saint-Flour et de Neussargues-Moissac.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179736, notice CHARBONNEL Léon par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 avril 2016, dernière modification le 24 septembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : SHD Caen AC 21 P 42132. – Bureau Résistance : GR 16 P 120356. – Sous la (Direction de François Marcot) avec la coll. de Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé, Dictionnaire historique de la Résistance, Éd. R. Laffont, 2006, article de Guillaume Piketty, pp. 116-117. – Site internet Gilles Primout « La Libération de Paris ». – Site internet GenWeb. — État civil en ligne cote 2 E 141 / 19-21, vue 32.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément