WEICHMAN Wolf.

Par Maxime Steinberg - notice réalisée en juillet 1990

Zgiersz (Pologne), 5 mai 1899 – Schaerbeek (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 9 septembre 1943. Ouvrier tailleur, militant communiste juif, membre des Partisans armés.

Wolf Weichman immigre en Belgique en 1923. Ouvrier tailleur à Saint-Gilles (Bruxelles), il participe aux activités du milieu communiste juif. Il y rencontre son épouse, Rojza Blusztein. Son beau-frère, Joseph Bluzstein, et l’épouse de ce dernier, Sala Szafman, seront, sous l’Occupation, des cadres de la « Main-d’œuvre immigrée » (MOI), organisation du Parti communiste belge (PCB), ainsi que de la Fédération bruxelloise du parti.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Wolf Weichman passe à la lutte armée dès le printemps 1942. Dans la compagnie juive du Corps mobile, il est, à quarante-trois ans, le partisan le plus âgé et il fait détachement avec le jeune Mojsesz, dit Maurice, Rozencwajg. Avec Mordko, dit Maurice, Bresler, ils incendient le 25 juillet 1942 le fichier que les employés de l’Association des Juifs en Belgique (AJB) confectionnent sur l’ordre de l’officier SS en charge des affaires juives en vue de l’imminente déportation.

Toujours accompagné de Maurice Rozencwajg, Wolf Weichman tombe, avec Sam Potasznik, dans une souricière au cours d’une réquisition d’argent. Le millionnaire juif que les Partisans avaient mis à l’amende avait dénoncé le rendez-vous à la police judiciaire belge. Arrêtés, les trois partisans sont remis aux mains des Allemands. Le conseil de guerre de l’Oberfeldkommandantur de Bruxelles leur inflige une peine de dix ans de travaux forcés pour « non livraison d’armes et usurpation de fonctions et extorsions à main armée ». Ce jugement est cassé à deux reprises. Tous trois sont finalement condamnés à mort. Ils sont fusillés au Tir national à Schaerbeek le 9 septembre 1943.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article179981, notice WEICHMAN Wolf. par Maxime Steinberg - notice réalisée en juillet 1990, version mise en ligne le 19 avril 2016, dernière modification le 1er janvier 2020.

Par Maxime Steinberg - notice réalisée en juillet 1990

SOURCE : STEINBERG M., L’Étoile et le fusil. La traque des Juifs 1942-1944, Bruxelles, Éditions Vie ouvrière, 1986.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément