BLANCHARD Eugène, Louis [pseudonyme dans la Résistance : Gary]

Par Jean-Marie Guillon

Né le 10 juin 1925 à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), abattu le 5 avril 1944 à Châteauredon (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; ouvrier métallurgiste ; maquisard Francs-tireurs et partisans (FTP).

La Braïsse, stèle aux maquisards tués le 5 avril 1944
La Braïsse, stèle aux maquisards tués le 5 avril 1944

Ouvrier ajusteur sans doute aux chantiers navals de La Ciotat, célibataire, Eugène Blanchard participait au groupe local du réseau du SOE (Special Operations Executive) Jean-Marie Buckmaster comme certains de ses camarades. Il rejoignit la 1e compagnie FTP de Provence (camp Faïta) alors qu’elle stationnait dans les environs de Saint-Maximin (Var). Il y arriva le 8 février 1944 avec six autres jeunes Ciotadens. Il y fut immatriculé sous le numéro 61.433. Il participa peu après au repli de la compagnie dans les Basses-Alpes. Alors qu’elle s’était établie à Lambruisse (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), il fit partie d’un détachement qui devait participer à l’attaque d’un dépôt d’essence allemand au Chaffaud, près de Digne (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence). Deux de ses membres envoyés en mission furent arrêtés par les Allemands le 5 avril au matin à Mézel (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) et indiquèrent vraisemblablement l’emplacement du groupe qui se trouvait près du hameau de La Braïsse (commune de Châteauredon, Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence). Il fut attaqué le même jour vers 17 heures par un groupe de la 8e compagnie Brandebourg, des soldats allemands et le responsable de la Sipo-SD de Digne. Eugène Blanchard fit partie de la dizaine de maquisards tués dans l’affaire (onze probablement), dont huit seulement furent identifiés. Il y eut aussi six prisonniers ou disparus. Le reste de la compagnie fut attaqué le lendemain à Lambruisse et perdit encore huit des siens.
Eugène Blanchard fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume le 22 avril 1966. Il reçut la mention « Mort pour la France. »

Son frère, Jules, 22 ans, fut tué pour la libération de La Ciotat, le 20 août 1944. Une rue des frères Blanchard a été inaugurée peu après.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180130, notice BLANCHARD Eugène, Louis [pseudonyme dans la Résistance : Gary] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 28 avril 2016, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

La Braïsse, stèle aux maquisards tués le 5 avril 1944
La Braïsse, stèle aux maquisards tués le 5 avril 1944

SOURCES : Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 24263 et Vincennes GR 16 P 63205 (nc). ⎯ SHD Vincennes GR 19 P 13 (liste des FTP des Bouches-du-Rhône tués dans a résistance et à la Libération). ⎯ Étienne Brun, Amis, entends-tu ? La vie sous les étoiles d’un des derniers maquisards ciotadens, sd, dactylog.— Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes de Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983.— Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, Secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP des Alpes-de-Haute-Provence, 1992.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément