CAZIN Georges, Sébastien

Par Gilbert Beaubatie

Né le 18 mai 1902 à Bourges (Cher), exécuté sommairement par pendaison le 9 juin 1944 à Tulle (Corrèze) ; ingénieur des travaux d’armement ; résistant, membre du Front national pour la libération.

Georges Cazin
Georges Cazin

Fils d’un contremaître à l’atelier de Bourges, Georges Cazin entra dans cet établissement en tant qu’apprenti ajusteur de construction. Il fit 18 mois de service militaire à Épinal (Vosges) dans une section de Bataillons d’ouvriers d’artillerie (BOA).
Après avoir repris ses études, il fut reçu sous-ingénieur à l’École pyrotechnique de Bourges, puis, en 1939, ingénieur des travaux d’armement, avec le grade de capitaine.
Le 15 mai 1943, il fut muté à Tulle, à la Manufacture Nationale d’armes, où il devint le responsable de l’atelier 50, le plus important atelier de fabrication.
Engagé dans la Résistance, en tant que membre du Front National, il chercha, avec la complicité de quelques ouvriers, à mettre en place « une adroite technique de sabotage, malgré la méfiance de la direction allemande. »
Le 9 juin 1944, afin d’assurer la permanence de la fabrication des armes, les officiers de la SS-Panzerdivision Das Reich décidèrent de retirer du tri des otages les ingénieurs militaires français – sauf un : Georges, Sébastien Cazin, qui fit partie des 99 pendus.
Marié, père d’un enfant de 8 ans, il avait quarante-deux ans.
La Médaille de la Résistance lui fut décernée à titre posthume par décret en date du 24 avril 1946 (JO du 17 mai 1946).


Tulle, 9 juin 1944 : les pendus de Tulle

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180275, notice CAZIN Georges, Sébastien par Gilbert Beaubatie, version mise en ligne le 2 mai 2016, dernière modification le 11 janvier 2021.

Par Gilbert Beaubatie

Georges Cazin
Georges Cazin

SOURCE : Note de Gilbert Beaubatie. — Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb.

MémorialGenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément