BARRAU André, Philippe

Par Robert Serre, Yves Gauzende

Né le 19 septembre 1907 à Carmaux (Tarn), exécuté sommairement le 26 juillet 1944 à Beauvoir-en-Royans (Isère) ; gendarme ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Philippe Élie Barrau et de Germaine Boyer, André Barrau s’était marié le 7 mai 1932 à Blaye (aujourd’hui Blaye-les-Mines, Tarn) avec Jeanne, Paulette Marcelle Prades.
Le couple eut au moins trois enfants.
André Barrau était gendarme, affecté à la brigade territoriale de Vinay (Isère).
Le 16 juillet 1944, le lieutenant Morel, commandant la compagnie de Saint Marcellin (Isère) et une quarantaine de sous-officiers passèrent aux FFI.
Après l’ordre de dispersion du 23 juillet 1944, tous tentèrent de quitter le massif du Vercors.
André Barrau et quatre autres gendarmes furent arrêtés par les allemands aidés de la Milice.
Fait prisonnier après l’ordre de dispersion du 23 juillet 1944, il était parmi les prisonniers internés par les Allemands à Saint-Nazaire-en-Royans (Drôme). Les miliciens, accompagnés de leur égérie, Simone Waro (Provence), se firent remettre ces prisonniers, et les fusillèrent le 26 juillet 1944 au lieu-dit "Les Chaussières", à Beauvoir-en-Royans (Isère).
André Barrau obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il est titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre 1939-1945.
Sur sa tombe au cimetière communal de Vinay (Isère), allée des hortensias, figure la mention « Mort pour la France. Fusillé par la Milice à Beauvoir-en-Royans 1907-1944 ».
Son nom figure sur le monument commémoratif des fusillés, à Beauvoir-en-Royans, sur la stèle commémorative des gendarmes de la 8e Légion, à Morestel (Isère) et sur le monument aux morts, à Vinay (Isère).


Voir Beauvoir-en-Royans (26 juillet 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180309, notice BARRAU André, Philippe par Robert Serre, Yves Gauzende, version mise en ligne le 3 mai 2016, dernière modification le 6 octobre 2021.

Par Robert Serre, Yves Gauzende

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 P 38/16 — Arch. Dép. Drôme, 132 J 30. — Genweb. — L’état civil le dit mort le 27 juillet 1944 et non le 26. — Notes de Dominique Ledortz du pôle Mémoriel L.GendarmeD.L.Résistance. — Notes d’Yves Gauzende (Acte naissance - Relevé dans cimetière - Gendarmes MPLF 1939-1945 Département de la Drôme). — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément