VEDEL Raymond

Par Jean Reynaud

Né le 4 avril 1912 à Joyeuse (Ardèche), mort le 8 novembre 2001 à Marseille (Bouches-du-Rhône) ; professeur certifié de mathématiques, censeur ; militant du SNET puis du SNES à Marseille.

Il ne connut pas son père, Alexandre, boulanger, qui fut tué au front à 28 ans, le 1er septembre 1914 à Clézentaine (Vosges).
Pupille de la nation, il entra à l’École normale d’instituteurs de Privas en 1928 et, à l’issue de ses trois années d’études, il continua pour une quatrième année d’élève-maître à l’ENI de Montpellier (1931-1932), puis intégra l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section A1, promotion 1932-1934). Il en sortit professeur de sciences.

Il enseigna successivement à Grenoble, puis à l’école nationale professionnelle de Thiers (Puy-de-Dôme) de 1938 à 1949, puis au collège technique, devenu école nationale d’enseignement technique, puis lycée technique du Rempart à Marseille de 1949 à 1962, où il devint censeur puis proviseur adjoint. Il préféra redevenir professeur et, après un passage au nouveau lycée Jean Perrin, il revint finir sa carrière au lycée du Rempart et prit sa retraite en 1974.

Militant dans la section locale du Syndicat de l’enseignement technique, puis celle du Syndicat national de l’enseignement technique, de tendance « autonome », il était membre de la commission administrative régionale d’Aix-Marseille du SNET et fut un temps secrétaire régional adjoint. Il milita ensuite au Syndicat national des enseignements de second degré, et fut membre de la CA académique d’Aix-Marseille. Il siégeait comme élu du personnel à la commission administrative paritaire académique des certifiés. Il était aussi membre de la commission exécutive de la section départementale des Bouches-du-Rhône de la Fédération de l’Éducation nationale.

Minoritaire dans des établissements à forte majorité « Unité pour une action syndicale efficace », puis « Unité et Action », il s’affichait comme « autonome », mais il jouissait de la confiance de tous. Il se prononça pour la fusion SNES-SNET en 1966 et refusa de quitter le SNES en 1993.

Il s’était marié le 28 novembre 1945 à Marseille ; le couple eut une fille et éleva leurs trois petits-enfants.

Il était chevalier des Palmes académiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180445, notice VEDEL Raymond par Jean Reynaud, version mise en ligne le 7 mai 2016, dernière modification le 16 mars 2021.

Par Jean Reynaud

SOURCES : Arch. IRHSES. — Témoignage de l’épouse de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément