VEDRINES Denise [née LHOSTE Denise, Françoise]

Par Jacques Girault

Née le 26 janvier 1927 à Pinols (Haute-Loire), morte le 14 avril 2020 aux Lilas (Seine-Saint-Denis) ; institutrice ; militante communiste en Haute-Loire et dans l’Allier.

Sa mère, institutrice, sans doute syndiquée, décéda en 1940. Son père, ancien combattant, percepteur, franc-maçon, mourut en 1942. Tous deux étaient adhérents du Parti socialiste SFIO « mais pas jusqu’à leur mort ». Pacifistes, favorables au Front populaire, ils aidèrent les réfugiés espagnols. Denise Lhoste reçut les premiers sacrements catholiques et fut recueillie par ses grands parents au Puy (Haute-Loire). Elève de l’école primaire supérieure du Puy, elle réussit au concours d’entrée au centre de formation des institutrices de la Haute-Loire en 1943. Sa scolarité d’élève-maîtresse se déroula au lycée de jeunes filles du Puy.

Titulaire du baccalauréat, elle devint institutrice en 1948 à Arlempdes où elle enseigna jusqu’en 1951 avant d’être nommée à Aunac (1951-1953) puis au hameau de Chanceaux à Polignac.

Elle adhéra au Syndicat national des instituteurs en 1945. Élue rapidement au conseil syndical de la section départementale de 1948 à 1953, elle fit partie du bureau de la section. Elle était pendant cette période la responsable départementale de la FEN-CGT.

Elle adhéra au Parti communiste français en 1948 au Puy où elle habitait. Secrétaire de sa cellule, membre du secrétariat de la section communiste du Puy en 1953-1954, elle fut élue au comité fédéral en 1954 aux réunions duquel elle participa peu en raison de son départ. Elle participa au Festival mondial de la Jeunesse en Roumanie en 1953. Elle suivit l’école centrale pour les instituteurs communistes organisée par le PCF en 1959.

Elle quitta le département en 1954 pour l’Allier, après son mariage en juillet 1954 à Montluçon avec Henri Védrines, ouvrier électricien, alors membre suppléant du comité central du PCF, député de l’Allier, qui avait deux enfants d’un premier mariage. Le couple eut un garçon. Institutrice à l’école Jean Racine à Montluçon (1957-1968), puis à l’école Lamartine, elle fut nommée à l’école Henri Wallon où elle enseigna jusqu’à sa retraite en 1982.

En Allier, Denise Védrines fut membre du conseil syndical de la section départementale du SNI dans les années 1960 pendant un mandat.

Les 17, 18 et 19 avril 2020, l’Humanité, dans son carnet, annonça le décès à l’EHPAD des Lilas de cette militante communiste, victime du Covid 19.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180447, notice VEDRINES Denise [née LHOSTE Denise, Françoise] par Jacques Girault, version mise en ligne le 7 mai 2016, dernière modification le 5 octobre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément