BIRLINGER Robert, Arthur, Jules

Par Daniel Grason

Né le 14 novembre 1921 à Pont-de-Roide arrondissement de Montbéliard (Doubs), mort le 25 août 1944 à l’Hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris (Ve arr.) ; sapeur-pompier de Paris.

Fils de Hippolyte Birlinger, ouvrier d’usine, et de Alice Marie Hausser, sans profession, Robert Birlinger, membre de la 2e compagnie d’incendie des sapeurs-pompiers de Paris, fut envoyé en mission le 25 août 1944 dans le secteur des Champs- Élysées. Il traversa l’avenue à la hauteur du n° 92 pour débusquer d’éventuels tireurs. À la moitié du chemin, un obus tiré des jardins des Tuileries balaya la chaussée… arrachant une jambe de Robert Birlinger. Emmené à l’Hôpital militaire du Val-de-Grâce, il mourut au cours de son transport.
Son inhumation se déroula dans la 40e division du cimetière parisien de Bagneux (Seine, Hauts-de-Seine).
Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France ». Son nom figure sur la liste des sapeurs-pompiers morts pour la Libération de Paris au Musée de la police 4 rue de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris (Ve arr.), ainsi que sur le monument aux morts de Pont-de-Roide (Pont-de-Roide-Vermondans).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180604, notice BIRLINGER Robert, Arthur, Jules par Daniel Grason, version mise en ligne le 24 mai 2016, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : SHD, Caen AC 21 P 23706. – « Au cœur de la Préfecture de Police de la Résistance à la Libération », Sous la dir. de Luc Rudolph, Directeur honoraire des services actifs, « La brigade de sapeurs-pompiers de Paris » par le capitaine Emmanuel Ranvoisy, Éd. LBM, 2009. – Site internet GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément