VILLATTE Lucien, Jean, Octave

Par Jacques Girault

Né le 15 novembre 1921 à Boussac-Bourg (Creuse), mort le 4 août 2011 au Chesnay (Yvelines) ; professeur en Haute-Vienne ; militant syndicaliste du SNPEN ; militant communiste ; conseiller municipal de Limoges, conseiller régional du Limousin.

Fils d’un cultivateur, devenu ouvrier communiste, et d’une cultivatrice devenue femme de ménage, Lucien Villatte, sans doute élève-maître, envoyé en chantier de jeunesse en juin 1942 à Montmarault (Allier), requis pour le service du travail obligatoire, resta en Allemagne avant d’être envoyé en Tchécoslovaquie à Jablonec jusqu’en juin 1945.

Rentré en France, Lucien Villatte commença à enseigner comme instituteur. Puis il prépara le professorat de sciences à l’École normale d’instituteurs de Limoges (Haute-Vienne). Il devint professeur de sciences à l’ENI de Limoges avant de la diriger.

Il se maria en juillet 1945 à Amboise (Indre-et-Loire) avec Charlotte, Marie, Pauline Ringuet (27 avril 1920 à Moutier-Malcard dans la Creuse) - 27 juillet 2005 à Limoges), fille d’un meunier et d’une future concierge, devenue professeur d’histoire-géographie, qui avait adhéré aux Jeunesses communistes clandestines, alors qu’elle était élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses depuis 1941. Le couple eut trois enfants.

Syndiqué, il était le secrétaire en Haute-Vienne de la section départementale de la FEN-CGT.

Lucien Villatte adhéra au Parti communiste français en octobre 1945 à Belvès (Dordogne). Secrétaire adjoint, chargé de l’éducation et de la propagande de la section de Belvès en 1948, il fut l’année suivante muté à Limoges et devint le secrétaire à la propagande de la section communiste de Limoges-Sud en novembre 1949. Toujours membre du comité de cette section, il était désigné comme responsable de l’éducation en février 1959.

Membre du comité de la fédération communiste de Haute-Vienne depuis 1956, membre du bureau fédéral de 1953 à 1965, il redevint seulement membre du comité fédéral en 1965 et était convoqué aux réunions du bureau sur les questions de la lutte pour la paix. Il fut constamment réélu au comité fédéral jusqu’en 1985 et demanda à ne pas être reconduit. Il fit partie de la commission des intellectuels à partir de 1968, puis à partir de 1972 de la commission de l’enseignement.

Lucien Villatte fut élu conseiller municipal de Limoges en 1977 sur une liste d’union de la gauche à majorité socialiste, et nommé au Conseil régional du Limousin par le conseil municipal, le 18 mars 1977. Il participa à quatre commissions municipales (finances, constructions scolaires, théâtre municipal, développement économique de la ville).

Il fut candidat au Conseil général à Limoges en 1961 et 1979 dans le canton de Limoges-Isle. Arrivé en deuxième position avec 2 394 voix, il fut battu au deuxième tour.

Lucien Villatte, actif dans l’association France-URSS depuis 1947, de 1953 à 1970, était le secrétaire départemental du Mouvement de la Paix. Il fut membre du conseil national du mouvement de 1963 à 1965.

Il était délégué département de l’Éducation nationale.

Veuf, Lucien Villatte fut inhumé à Guéret (Creuse).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180635, notice VILLATTE Lucien, Jean, Octave par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 mai 2016, dernière modification le 14 mars 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Mun. Limoges (Michelle Guillot). — Archives du comité national du PCF. — Presse locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément