JACNO Marcel . Pseudonyme : JACQUENOT Marcel

Par Mise à jour par Marie-Cécile Bouju

Né le 6 août 1904 à Paris (IXe arr.), mort le 23 février 1989 à Paris (XIIe arr.) ; peintre, dessinateur, graveur, graphiste ; résistant déporté.

Fils de Joseph Jacno (Asip Jachnovitch), qui avait fui la Russie tsariste, et d’Estelle Fichhof, bijoutiers, Marcel a obtenu le changement de son patronymique de Jachnovitch en Jacno en 1953. Il a obtenu le baccalauréat ès lettres. En 1923, il effectua son service militaire au Service géographique de l’armée.
Au milieu des années vingt, il travailla sous la direction d’un peintre en lettres auprès de qui il se forma. Marcel Jacno signa premiers travaux connus en 1929 : des affiches pour Gaumont et Paramount .Dans la première moité des années trente, Il travailla le dessin de caractères avec la fonderie française Deberny et Peignot et publia plusieurs de ses créations.
C’est en 1936, qui’l dessine pour la Seita le célèbre paquet de Gauloises, revisitant le casque ailé inventé par Maurice Giot en 1929. Il reprendra cette collaboration avec la SEITA après guerre et son non apposé sur des centaines de millions de paquets de cigarettes devint célèbre.
À la fin des années 1930, Jacno travailla aux États-Unis et enseigna à la New York School of Fine and Applied Arts.
Le 2 septembre 1939, Jacno fut mobilisé au Service géographique de l’armée puis passa en service actif en janvier 1940. Fait prisonnier, il réussit à s’évader le 28 juillet 1940 et se réfugia à Cusset (Allier). En septembre 1940, il s’installa à Nice et commença à mener ses premières actions de résistance (Libération-sud ?). En août 1943, il remonta à Paris et entra dans le réseau Kasanga (MLN, BCRA). Le 1er avril 1944, il rejoignit le réseau Gallia (BCRA). Il participa à des actions de sabotage, fut agent de liaison, distributeur de tracts et faussaire.
Arrêté le 17 avril 1944 à Paris près de la gare Saint-Lazare, il est torturé. Il fut interné à Fresnes sous la fausse identité de Marcel Jacquenot, né le 6 août 1902 à Toul. C’est sous ce nom qu’il fut déporté à Buchenwald, Dora puis Ellrich. Il réussit à s’évader avec des camarades lors de l’évacuation du camp fin avril. Il fut rapatrié en France le 3 mai 1945.
En 1945, il fut nommé membre de la Commission des imprimés, mise en place par le ministère des Finances et dirigée par Maximilien Vox. Cette nomination était sans doute due à son talent mais aussi au fait que les graphistes n’avaient pas été légions dans la résistance.
_Il s’était marié le 17 décembre 1930 à Paris (XVIe arr.) avec Suzanne Louise Worms, dont il divorça en décembre 1946.
Compagnon de la veuve de Gaston Pascalis (1896-1944), il fut le graphiste attitré du TNP et peignit un portait de Jean Vilar. Il participa également, aux lignes graphiques des éditions René Julliard et Denoël et de l’hebdomadaire L’Observateur tout en continuant à dessiner des caractères typographiques. Ainsi, en 1953, les caractères Chaillot. En 1969, il a revu la maquette de France-Soir.
Jacno était membre de l’Alliance graphique internationale (AGI) et de l’Association typographique internationale (ATypI). Il était également membre de la Fédération des amicales de réseaux de renseignement de la France combattante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180738, notice JACNO Marcel . Pseudonyme : JACQUENOT Marcel par Mise à jour par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 15 mai 2016, dernière modification le 18 septembre 2018.

Par Mise à jour par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : SHD GR 16 P 303020. - Marcel Jacno. Un Bel Avenir. Ed. Maurice Nadeau, collection Papyrus, 1981. – A. Benchetrif. Jacno au Musée de l’affiche et de la publicité. Ed. UCAD / Musée de l’affiche et de la publicité, 1981, 71 p. - Paul Chauvet. La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Seconde Guerre mondiale. Paris : à compte d’auteur, 1979, p. 84-85. - Michel Wlassikoff. Histoire du graphisme en France. Les Arts décoratifs – Dominique Carré éditeur, 2008, 319 p.
Note de Michel Wlassikoff. — État civil en ligne cote 9N 148, vue 6.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément