WURTZ Jean, Émile

Par Jean-Marie Conraud

Né le 19 novembre 1923 à Saint-Mihiel (Meuse) ; ouvrier professionnel d’entretien dans une mine de fer ; membre du bureau du syndicat régional CFTC des mineurs de fer puis de l’Union départementale CFDT de Meurthe-et-Moselle et de l’Union régionale Lorraine ; permanent CFDT des mineurs de fer et de l’Union interprofessionnelle du bassin de Briey (Meurthe-et-Moselle) ; militant PSU ; adjoint au maire de la commune de Labry (Meurthe-et-Moselle).

Fils de Joseph Wurtz, tapissier au moment de sa naissance puis employé aux PTT et syndiqué à la CFTC, Jean Wurtz était l’avant-dernier enfant d’une famille de sept. Après avoir obtenu le certificat d’études et fait un an de cours complémentaire, il fut embauché aux PTT comme convoyeur à l’âge de quinze ans. Le peu d’attrait de cet emploi le fit entrer à la mine de Giraumont (Meurthe-et-Moselle) comme apprenti chaudronnier-soudeur le 13 novembre 1939. Il allait y faire toute sa carrière professionnelle comme ouvrier d’entretien pendant quatre années au jour et vingt-six ans au fond.

De retour du service militaire en 1946, Jean Wurtz apprit qu’un jociste lançait une section CFTC dans la mine. Il y adhéra aussitôt, mais quand la section végéta, il ne fut plus syndiqué (1948-1954). En 1954, il contribua au redémarrage de la section syndicale dont il fut élu secrétaire en 1956. Rapidement, il fut élu au bureau du syndicat régional. En 1962, il participa à la création de l’Union locale de Jarny (Meurthe-et-Moselle). À partir de cette période, il devint le porte parole de ceux qui préconisaient l’évolution de la CFTC alors que la majorité des dirigeants des syndicats de mineurs y étaient hostiles. Ce fut avec le soutien de Victor Camier qu’il reconstitua des sections et un syndicat régional CFDT. Il fut alors élu au conseil et au bureau de l’Union départementale CFDT de Meurthe-et-Moselle.

A la suite du déclin de l’activité minière, Jean Wurtz eut la possibilité de prendre une retraite anticipée en janvier 1970 à l’âge de quarante-six ans. Il accepta alors de devenir permanent avec une double mission : l’animation du syndicat régional des mineurs de fer CFDT et la mise sur pieds de l’Union interprofessionnelle de secteur CFDT du bassin de Briey. Il assuma cette responsabilité pendant trois ans, animant de nombreux conflits.

Jean Wurtz avait adhéré au PSU en 1968 puis au Parti socialiste en 1974. Il fut élu conseiller municipal de la commune de Labry de 1971 à 1989 et fut adjoint au maire pendant ses deux premiers mandats. Il avait été candidat PS à l’élection cantonale de 1979.

Jean Wurtz s’était marié le 8 avril 1957 avec Marie, Geneviève Caillou. Il fut décoré de l’Ordre national du Mérite, le 30 septembre 2000.
Fils de Joseph Wurtz, tapissier au moment de sa naissance puis employé aux PTT et syndiqué à la CFTC, Jean Wurtz était l’avant-dernier enfant d’une famille de sept. Après avoir obtenu le certificat d’études et fait un an de cours complémentaire, il fut embauché aux PTT comme convoyeur à l’âge de quinze ans. Le peu d’attrait de cet emploi le fit entrer à la mine de Giraumont (Meurthe-et-Moselle) comme apprenti chaudronnier-soudeur le 13 novembre 1939. Il allait y faire toute sa carrière professionnelle comme ouvrier d’entretien pendant quatre années au jour et vingt-six ans au fond.

De retour du service militaire en 1946, Jean Wurtz apprit qu’un jociste lançait une section CFTC dans la mine. Il y adhéra aussitôt, mais quand la section végéta, il ne fut plus syndiqué (1948-1954). En 1954, il contribua au redémarrage de la section syndicale dont il fut élu secrétaire en 1956. Rapidement, il fut élu au bureau du syndicat régional. En 1962, il participa à la création de l’Union locale de Jarny (Meurthe-et-Moselle). À partir de cette période, il devint le porte parole de ceux qui préconisaient l’évolution de la CFTC alors que la majorité des dirigeants des syndicats de mineurs y étaient hostiles. Ce fut avec le soutien de Victor Camier qu’il reconstitua des sections et un syndicat régional CFDT. Il fut alors élu au conseil et au bureau de l’Union départementale CFDT de Meurthe-et-Moselle.

A la suite du déclin de l’activité minière, Jean Wurtz eut la possibilité de prendre une retraite anticipée en janvier 1970 à l’âge de quarante-six ans. Il accepta alors de devenir permanent avec une double mission : l’animation du syndicat régional des mineurs de fer CFDT et la mise sur pieds de l’Union interprofessionnelle de secteur CFDT du bassin de Briey. Il assuma cette responsabilité pendant trois ans, animant de nombreux conflits.

Jean Wurtz avait adhéré au PSU en 1968 puis au Parti socialiste en 1974. Il fut élu conseiller municipal de la commune de Labry de 1971 à 1989 et fut adjoint au maire pendant ses deux premiers mandats. Il avait été candidat PS à l’élection cantonale de 1979.

Jean Wurtz s’était marié le 8 avril 1957 avec Marie, Geneviève Caillou. Il fut décoré de l’Ordre national du Mérite, le 30 septembre 2000.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180751, notice WURTZ Jean, Émile par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 16 mai 2016, dernière modification le 16 mai 2016.

Par Jean-Marie Conraud

Sources : Archives de l’Union départementale CFDT de Meurthe-et-Moselle. — Renseignements fournis par l’intéressé. — État civil de Saint-Mihiel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément