Vraignes (Somme), lieu-dit la Vallée perdue, 29 août 1944

Par Frédéric Stévenot

Le 29 août 1944, entre Estrées-la-Chaussée (actuellement Estrées-Mons, Somme) et Vermand (Aisne), au sud du village de Vraignes-en-Vermandois, onze résistants furent abattus sommairement par les Allemands, dont un qui réussit à survivre. Il s’agissait de résistants FTPF de Guise (Aisne), emprisonnés à Saint-Quentin (Aisne).

Monument commémoratif de Vraignes
Monument commémoratif de Vraignes

D’après Grégory Célerse, « plusieurs détenus de la prison de Saint-Quentin sont emmenés à Péronne dans un camion bâché. […] Voici le récit de Roger Locuty et René Lavalard : "Arrivés à destination, l’ordre est donné de rebrousser chemin et, avec le même même moyen de locomotion, soit-disant pour un manque de place à la prison de Péronne, ils sont renvoyés sur Saint-Quentin. Un peu avant Vraignes-en-Vermandois, l’officier SS qui menait l’opération s’exclame : "Vous êtes libres" ».
Toujours selon la même source, deux prisonniers réussissent à s’enfuir. « L’un d’entre eux, Jean Fourrier, blessé par balle, va mourir au cours de la nuit alors qu’il a trouvé refuge dansles marais

Selon la liste établie par le Dr Vasselle, d’Amiens, les noms des fusillés sont les suivants :

  1. Baclet Henri, 19 ans, de Guise ;
  2. Bévière Alfred, 37 ans, de La Capelle (Aisne) ;
  3. Chazal Suzanne, 25 ans, de Guise ;
  4. Delettre Amable, 18 ans ;
  5. Fontesse Jean, 24 ans, de Proix (Aisne) ;
  6. Fourrier Jean, 20 ans ;
  7. Cruchala Félix, 23 ans ;
  8. Palfroy Jacqueline, 17 ans, de Lemé (Aisne) ;
  9. Rais Vincent, 24 ans ;
  10. Turquin Henri, 17 ans, de Guise.

Un onzième put s’enfuir avant la fusillade, Désiré Louis Poirette. Il obtient la médaille de la Résistance.

Un monument a été érigé sur le lieu de la fusillade, portant la mention : « La commune de Vraignes à la Mémoire des victimes de la barbarie nazie le 29/08/1944 ».

Monument commémoratif de Vraignes

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180866, notice Vraignes (Somme), lieu-dit la Vallée perdue, 29 août 1944 par Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 19 mai 2016, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Frédéric Stévenot

SOURCES. Arch. dép, 984 W 460. — Musée de la Résistance, Tergnier. — Sites Internet : Mémorial GenWeb. — Grégory Célerse, Histoire de la Gestapo. Bruxelles, Lille, Paris, Saint-Quentin, éd. Les Lumières de la ville, Lille, 2013, p. 133 ; Roger Locuty et René Lavalard, Seconde Guerre mondiale et Résistance : Péronne et sa région, 1939-1945, Lavalard éd., 2007 .

ICONOGRAPHIE. Mémorial GenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément