VAROQUI Édouard

Par Pierre Schill

Né le 18 mars 1894 à L’Hôpital (Lorraine annexée), mort le 5 août 1973 à Forbach (Moselle) ; mineur aux mines de Courrières (Pas-de-Calais), aux houillères de la Loire, aux Houillères de Petite-Rosselle et de Sarre et Moselle (Moselle) puis aux Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) ; homme de confiance et délégué mineur ; militant du syndicat CGT des mineurs de Moselle.

Édouard Varoqui commença à travailler en 1908 aux houillères de Sarre et Moselle à Merlebach (Lorraine annexée) puis aux Houillères de Petite-Rosselle (Lorraine annexée) entre juin 1912 et juin 1913. Il retourna ensuite travailler à Merlebach. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale dans l’armée impériale allemande, Édouard Varoqui retrouva un emploi de mineur à Merlebach à partir d’avril 1918.
Il milita au syndicat CGT des ouvriers mineurs au lendemain de la guerre. Après la grande grève du printemps 1920, il fut l’un des animateurs de la grève du printemps 1923 aux houillères de Sarre et Moselle. Licencié par la houillère, il alla travailler jusqu’en mai 1925 aux mines de Courrières (Pas-de-Calais) avant de retrouver un emploi aux Houillères de Petite-Rosselle jusqu’en mars 1926. Il dut quitter la houillère propriété de la famille de Wendel pour une raison que nous n’avons pu déterminer et alla s’engager entre avril 1926 et septembre 1928 dans les houillères de la Loire.
De retour en Moselle dans les années trente, il fut à nouveau embauché en tant que mineur à Petite-Rosselle en décembre 1934. A peine quatre mois plus tard il perdit son emploi de mineur pour être rétrogradé à un emploi de manœuvre : il est possible que cette sanction professionnelle découle de son engagement syndical et politique. ÉdouardVaroqui faisait en effet partie des militants syndicaux les plus actifs des Houillères de Petite-Rosselle au moment du Front Populaire et figurait à ce titre sur « la liste des meneurs » CGT et CGTU établie le 2 décembre 1936 par la houillère de Wendel. Il était notamment précisé à son propos qu’il poussait ses camarades à revendiquer et était considéré comme « proche des communistes ».

Evacué en septembre 1939 dans le Pas-de-Calais, il travailla aux mines de Liévin. De retour en Moselle alors que le département était annexé au Reich hitlérien, il retrouva un emploi de manœuvre à Petite-Rosselle.
Édouard Varoqui, toujours occupé à un simple emploi de manœuvre, recommença à militer au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il fut élu en décembre 1945 pour la CGT homme de confiance (Vertrauensmann) de la circonscription du triage et des lavoirs (jour) du puits Saint-Charles des Houillères de Petite-Rosselle en rassemblant 87,5% des suffrages exprimés.
En mai 1948, il fut élu délégué mineur de la circonscription St-Charles (jour) des HBL en obtenant 44,6% des suffrages exprimés contre 37,9% au candidat de la CFTC et 17,5% à celui de la CGT-FO.
Édouard Varoqui prit sa retraite en mai 1951. Il s’était marié en mai 1928 avec Rose Federspiel avec laquelle il eut six enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180977, notice VAROQUI Édouard par Pierre Schill, version mise en ligne le 22 mai 2016, dernière modification le 22 mai 2016.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. des Houillères du Bassin de Lorraine : Vt233-B95, B128 et B130 ; dossier personnel. - EC de L’Hôpital (Moselle). - Renseignements fournis par Daniel Deutsch.

ICONOGRAPHIE : Portrait sur sa fiche professionnelle (vers 1920) : Arch. des HBL (cliché Pierre Schill).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément