WEISS Pierre [autre orthographe : WEIS] [souvent appelé Peter]

Par Pierre Schill

Né le 6 juillet 1901 à Forbach (Lorraine annexée), mort le 9 mars 1974 à Forbach (Moselle) ; mineur aux Houillères de Petite-Rosselle (Moselle) puis aux Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) ; délégué mineur ; administrateur de la Société de secours minière (SSM) de Petite-Rosselle ; militant du syndicat unitaire des mineurs de Moselle puis de la CGT réunifiée ; secrétaire du syndicat des mineurs CGT du groupe de Petite-Rosselle des HBL ; membre du bureau de la Fédération régionale des mineurs CGT ; membre suppléant de la commission administrative de l’UD-CGT de la Moselle ; militant du Parti communiste ; conseiller municipal de Stiring-Wendel (Moselle).

Issu d’une famille de neuf enfants, dont le père était cheminot, Pierre Weiss entra aux Houillères de Petite-Rosselle (Lorraine annexée) à l’âge de quatorze ans. Il y effectua toute sa carrière professionnelle jusqu’à son départ en retraite en 1960. Il fut l’un des militants de la CGT et du Parti communiste les plus importants dans le bassin houiller mosellan des années 1930 à la fin des années cinquante, période au cours de laquelle il occupa d’importantes responsabilités et représenta son syndicat et son parti dans de nombreux scrutins électoraux.

Militant du syndicat des mineurs CGTU, puis de la CGT réunifiée, et du PC, Pierre Weiss fut particulièrement actif dès le début des années trente. Son engagement lui valut dès cette période de figurer sur la « liste noire » établie par la direction des houillères de la famille de Wendel et qui recensait les « meneurs » membres des syndicats CGT et CGTU.
Candidat CGTU, en mars 1935, aux élections de délégué mineur de la circonscription Gargan des Houillères de Petite-Rosselle, il obtint 155 voix sur 239 suffrages exprimés et fut élu au poste de suppléant. Il fut réélu à cette fonction en avril 1938.

Il se présenta le 5 mai 1935 aux élections municipales à Forbach (Moselle). La gauche était divisée entre la liste « indépendante » menée par le député Victor Doeblé* et la liste « communiste » menée par le communiste Mathieu Philippi* et le socialiste Édouard Waghemaecker*. Il figurait sur cette dernière liste et obtint 245 voix sur 2 163 suffrages exprimés. Il ne fut pas élu et la division de la gauche permit la réélection du maire sortant Paul Harter (URL, droite).

Pierre Weiss participa, le 8 décembre 1935 à Merlebach, au congrès de réunification des syndicats de mineurs CGTU et CGT. Il fut élu à la commission de contrôle du syndicat réunifié pour le compte de la CGTU.
Il joua un rôle actif au puits Gargan lors des grèves du Front populaire en mai et juin 1936. Il anima notamment la grève des 17 et 18 juin 1936 au cours de laquelle les puits de la houillère de Wendel furent occupés par les mineurs. À la fin du mois de juin, il figurait sur la liste recensant trente-huit « meneurs » envoyée par la direction de la houillère de Wendel au sous-préfet de Forbach. Dans les deux années qui suivirent, il s’impliqua dans la mise en œuvre concrète des avancées sociales obtenues en 1936 notamment au niveau de l’élaboration de la nouvelle convention collective de travail.

Il fut évacué en septembre 1939 dans le Pas-de-Calais où les mineurs des Houillères de Petite-Rosselle travaillaient toujours pour la maison de Wendel. Une note de la direction rosselloise, sur laquelle il figure, signalait en janvier 1940 à la direction de la Mine de la Clarence à Calonne-Ricouart les mineurs jugés « indésirables » en raison de leurs activités syndicales.
Après la débâcle de mai 1940, il fut envoyé en Charente où il travailla comme métayer à la ferme La Peyne (commune de Compiers). Il put retrouver son emploi au puits Gargan à Petite-Rosselle à partir d’octobre 1940 alors que la Moselle était annexée au IIIè Reich.
Son nom figurait dans le compte rendu d’interrogatoire d’Alphonse Rieth* : revenu à Forbach, en Moselle annexée de fait par le IIIè Reich, le secrétaire général du Syndicat confédéré des mineurs de Moselle fut arrêté par la police nazie le 14 octobre 1940 et interrogé jour et nuit les 8 et 9 décembre. Il signa une déposition décrivant dans le détail les structures de la CGT mosellane et donnant des indications sur les socialistes et communistes sarrois exilés en Moselle après le référendum de 1935. Pierre Weiss était présenté comme l’un des principaux dirigeants du syndicat en Moselle et militant du Parti communiste. Si ces informations permirent l’arrestation et la déportation de plusieurs militants, il semble que Pierre Weiss n’ait pas subi ce sort.

S’il fit partie du comité d’épuration de la ville de Forbach, Pierre Weiss était installé au lendemain de la guerre à Stiring-Wendel (Moselle) où il dirigeait la section des mineurs CGT de la commune. Il se présenta aux élections municipales du 19 octobre 1947 dans cette commune sur la liste d’Union républicaine et résistante (gauche). Il fut élu en tant que représentant du PC.
Principal animateur de la grève d’octobre-novembre 1948 dans l’est du bassin houiller lorrain, il fut sanctionné à la mi-décembre 1948 par l’administration des mines pour avoir participé de manière active au conflit d’octobre 1948 alors qu’il était délégué mineur.
En 1949, Pierre Weiss était secrétaire du syndicat des mineurs CGT du groupe de Petite-Rosselle des HBL. Le 12 juin 1949 à Metz, il participa au congrès de l’UD CGT de la Moselle et fut élu au poste de suppléant à la commission administrative.

Pierre Weiss qui fut reconduit à son poste de délégué mineur de la circonscription Gargan (fond) en mai 1945, fut réélu aux élections du 14 avril 1949 en rassemblant 81,5 % des suffrages exprimés. Il fut reconduit à cette fonction aux élections d’avril 1952 en rassemblant 87,7% des suffrages exprimés, en avril 1955 en obtenant 84,7% des suffrages exprimés et enfin en mai 1958 en totalisant 66,6% des suffrages exprimés

Élu une première fois administrateur de la Société de secours minière (SSM) de Petite-Rosselle en juillet 1951, il fut réélu à cette fonction aux élections du 27 octobre 1955. La liste de la CGT obtint 4 719 voix sur 9 908 suffrages exprimés contre 3 151 voix pour la CFTC. La CGT obtint six élus dont il faisait partie, mais malgré ce succès la présidence de la caisse revint à la CFTC. Il fut enfin réélu aux élections de novembre 1959, la liste de la CGT obtenant 44,8% des suffrages exprimés et cinq élus contre 34,9% et quatre élus à la CFTC.

Pierre Weiss se présenta à nouveau aux élections municipales d’avril 1953 à Stiring-Wendel sur la liste présentée par le Parti communiste. La liste rassembla une moyenne de 1 027 voix sur 4 100 suffrages exprimés et obtint sept élus dont il faisait partie. Il avait lui-même totalisé 1 231 voix.

Candidat communiste aux élections cantonales des 17 et 24 avril 1955 dans le canton de Forbach (Moselle), il rassembla 2 199 voix pour 17 326 votants sur 31 123 électeurs inscrits. Au second tour il obtint 2 648 voix sur 17 506 suffrages exprimés et fut battu par le conseiller sortant Jean-Eric Bousch qui totalisa 9 829 suffrages. Il était à cette période membre du bureau de la Fédération régionale des mineurs CGT.

Pierre Weiss représenta une dernière fois le PC aux élections municipales de mars 1965 sur la liste de l’Union ouvrière et démocratique menée par Erwin Maurer*. Il ne fut pas élu.

Pierre Weiss s’était marié en 1926 avec Catherine Schuller née en Allemagne et avec laquelle il eut une fille. Il était le frère du militant Félix Weiss*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180987, notice WEISS Pierre [autre orthographe : WEIS] [souvent appelé Peter] par Pierre Schill, version mise en ligne le 22 mai 2016, dernière modification le 22 mai 2016.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. des Houillères du Bassin de Lorraine : Vt53-B3 et B23, Vt233-B92, B95 et B128, Vt323-B10, B12, B13, B15, B16, B20, B25, B26 et B27 et dossier personnel. - Arch. Dép. Moselle : 310 M 81 ; 10 S 38 et 41 ; 122 W 3 ; 145 W 28 ; 151 W 149, 150 et 190 ; 1330 W 266 ; 23 Z 7. – Arch. Mun. et EC de Forbach (Moselle). - Arch. du Syndicat régional des mineurs CGT de Merlebach (Moselle) : Der Kumpel (« Le camarade ») des 30 mai 1951, 1er juillet 1951, 16 mars 1955, 15 et 30 octobre 1955, 16 novembre 1955. - Metzer Freies Journal, 7 mai 1935. - Le Courrier de Metz, 28 avril 1953, 18 et 26 avril 1955. - Le Républicain Lorrain, 20 octobre 1947, 28 avril 1953, 17 et 20 mars 1965, 12 mars 1974. - Le Travailleur du Sous-Sol, avril 1968. - Renseignements fournis par Daniel Deutsch, M. Flaus et Henri Hilt. - Luitwin Bies, Gestapo contra CGT Lothringen. Die Auskünfte des Alphonse Rieth von 1940, Saarbrücken, VVN-Bund der Antifaschisten, Landesverband Saar, 2000. - Pierre Schill, 1936. Visages et figures du Front populaire en Moselle, Metz, Éditions Serpenoise, 2006. - Cédric Neveu, La Gestapo en Moselle. Une police au cœur de la répression nazie, Metz, Éditions Serpenoise, 2012.

ICONOGRAPHIE : Portrait (vers la fin des années soixante) : collection Pierre Schill.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément