BERTRAND Fernand, Henri [pseudonyme Louis]

Par Robert Serre, Michel Thébault

Né le 26 février 1915 à La Roche-de-Glun (Drôme), mort en action le 2 mars 1944 à Saint-Barthélemy-le-Plain (Ardèche) ; céramiste ; résistant FTPF.

Fernand Bertrand était le fils de Jean, Théodore Bertrand sabotier, et de Nancy, Louise Marcon ménagère. Au recensement de 1936, il résidait avec ses parents à Erôme (Drôme), domicilié route nationale. Tandis que son père exerçait toujours le métier de sabotier, Fernand Bertrand et sa mère étaient tous deux céramistes à la Société d’Application Électrique.

Le 10 février 1943, Fernand Bertrand quitta Érôme (Drôme), où il résidait, avec un ami de Saint-Vallier pour entrer dans un maquis FTPF de l’Ardèche, la 7102e compagnie FTPF. Le 2 mars 1944, une colonne de répression allemande engagée dans une attaque du maquis FTPF de Saint-Barthélemy-le-Plain (Ardèche) encercla le village. Fernand Bertrand, agent de liaison du maquis, fut abattu par les Allemands sur sa moto, alors qu’il revenait d’une mission. Les habitants, rassemblés, furent admonestés et conduits devant son cadavre. Une maison fut incendiée, les écoles fouillées et mises à sac. Les instituteurs Marcel Dumont et René Montérémal ainsi que trois villageois furent pris en otages et mis en joue pendant plusieurs heures avant d’être relâchés. Les deux instituteurs après avoir placé leurs familles en sécurité, fermèrent leurs écoles et entrèrent dans une vie totalement clandestine.

Fernand Bertrand obtint la mention mort pour la France. Son nom est inscrit sur le monument aux morts d’Erôme et une stèle à sa mémoire a été dressée à Saint-Barthélemy-le-Plain, le long de la RD238.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181474, notice BERTRAND Fernand, Henri [pseudonyme Louis] par Robert Serre, Michel Thébault, version mise en ligne le 7 juin 2016, dernière modification le 27 septembre 2020.

Par Robert Serre, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Drôme (état civil, recensement 1936, 1920W). — Cl. Genest (Tain), op. cit., page 633. — René Ladet, Ils ont refusé de subir, 1987, p. 306. — Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms. — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément