THUILLIER André, Nicolas

Par Alain Dalançon

Né le 15 octobre 1891 à Marcheville-en-Woëvre (Meuse), mort le 13 février 1974 à Nevers (Nièvre) ; professeur ; militant syndicaliste du SNEPS, du SNET, du SNES ; militant de la MGEN.

Fils de Félix, Émile Thuillier, cultivateur, et de Marie, Célestine Luquain, sans profession, André Thuillier entra à l’École normale d’instituteurs de Commercy (Meuse) en 1907 et obtint le brevet supérieur en 1909. Après une quatrième année d’études à l’ENI de Caen (Calvados), il fut admissible en 1911 à l’École normale supérieure primaire de garçons de Saint-Cloud, ce qui lui permit d’être instituteur adjoint délégué (Lettres, Allemand) à l’école primaire supérieure de Vaucouleurs (Meuse) en 1911-1912.

Sursitaire en 1912, il fut mobilisé en août 1914 comme soldat de 2e classe au 151e Régiment d’infanterie, fut fait prisonnier quelques mois après, le 14 novembre, et resta en captivité à Gardelegen jusqu’en décembre 1918. Affecté en mars 1919 au 94e Régiment d’infanterie, il ne fut démobilisé qu’en juillet, peu après son mariage, le 7 juin 1919 à Vaucouleurs (Meuse), avec Fidélie, Berthe Caritey, institutrice. Ils eurent trois fils nés à Vaucouleurs, dont Jacques (1928-2011), futur historien d’art, professeur à la Sorbonne et au Collège de France ; Guy, né en 1932, devenu haut fonctionnaire et historien, directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

André Thuillier fut d’abord placé en sursis d’appel jusqu’en décembre 1919 pour le service d’instruction publique en Alsace-Lorraine et exerça comme professeur adjoint à l’école primaire supérieure de Vaucouleurs où il enseignait les Lettres, l’Allemand et l’éducation physique. En 1937, il fut muté professeur adjoint de Lettres et Histoire-Géographie à l’EPS de garçons de Nevers (Nièvre). Il militait alors au Syndicat national des EPS. Compagnon dans la loge de Nevers du Grand Orient, il s’en retira dès sa dissolution.

Maîtrisant parfaitement la langue allemande, détaché d’octobre 1940 à juin 1942, il fut chef du bureau des interprètes à la préfecture de la Nièvre et, à ce titre, était sans cesse en relation avec la Kommandantur. Soupçonné d’avoir fait passer en zone libre des renseignements et des résistants, ainsi que des prisonniers évadés, il fut arrêté, emprisonné, mais libéré en mai 1943, faute de preuves.

Après la guerre, il enseigna au collège technique de Nevers jusqu’à sa prise de retraite en 1953. Il milita alors au Syndicat national de l’enseignement technique parmi les « autonomes », puis au nouveau Syndicat national des enseignements de second degré après sa retraite. Secrétaire académique du Groupement des retraités de l’enseignement secondaire du S3 de Dijon, il était aussi membre de la commission administrative nationale de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique. Il militait également à la Mutuelle générale de l’Éducation nationale.

Passionné par la recherche historique, passion qu’il communiqua à ses fils, André Thuillier fut un des animateurs de la Société académique de Nevers, de 1948 jusqu’à sa mort ; il en fut l’archiviste et le secrétaire et publia divers articles dans les Mémoires de la Société Académique, dont un tome hors-série consacré à Émile Martin, grand chef d’industrie (1794-1871). Le volume d’études sur l’économie et la société nivernaises au début du XIXe siècle est la plus connue de ses œuvres.

Une rue porte son nom à Nevers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181477, notice THUILLIER André, Nicolas par Alain Dalançon, version mise en ligne le 7 juin 2016, dernière modification le 18 août 2017.

Par Alain Dalançon

ŒUVRE : Économie et société nivernaises au début du 19e siècle, Préface de Paul Leuilliot, Mouton, éd. de l’EHESS (Civilisations et sociétés - 39), 1974.

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 25607. — Arch. IRHSES (dont nécrologie par Gaston Langlois dans L’US-info n°11 du 10/04/1974, p. 30). — François Lechat, Nevers pas à pas, imprimerie Clerc, St-Amand-Montrond, 1983. — Arch. Départementales Meuse : état civil, registre matricule. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément