GAGNE Jacques

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 16 décembre 1877 à Bizeneuille (Allier), mort en juin 1938 ; forgeron ; secrétaire de l’Union Syndicale des Ouvriers Métallurgistes confédérés de Montluçon 1929-1935 ; secrétaire général de l’Union locale confédérée de Montluçon ; membre de la Commission administrative de l’Union Départementale de l’Allier de 1931-1934.

Jacques Gagne, fils de propriétaire, débuta son activité professionnelle comme maréchal-ferrant. En 1898, il adhéra au syndicat des Maréchaux-ferrants. Il participa, en 1900, à la création de l’Union entrale des travailleurs métallurgistes qui unifia toutes les organisations d’affinité professionnelle existant à Montluçon (Allier). En mai 1906, il s’engagea dans le grand mouvement montluçonnais pour les huit heures. Il habita 179 rue du 4 septembre à Désertines. Durant la 1ère guerre, Jacques Gagne fut détaché comme métallurgiste aux Hauts Fournaux de Montluçon et fut membre, en 1921, de la commission de contrôle de la Bourse du Travail. À partir de 1923, Jacques Gagne fut, pendant 6 ans, élu au Conseil des prud’hommes. De 1929 à 1935, il fut secrétaire de l’Union syndicale des ouvriers métallurgistes confédérés de Montluçon qui compta 48 adhérents en 1934 ; à partir du 15 mars 1931 et jusqu’en 1934, il occupa la responsabilité de secrétaire général de l’Union locale « Confédérée, remplaçant, de fait, Félix Parizot à la commission administrative de l’Union Départemental CGT de l’Allier. Jacques Gagne fut membre de l’office départemental des Pupilles de la Nation (1933). Suite à la « grandiose manifestation » du 12 février 1934, Jacques Gagne participa à la délégation ouvrière qui se rendit auprès de la direction de Saint Jacques pour réclamer qu’aucune sanction ne soit prise pour faits de grève. À partir de janvier 1935, il participa à la reconstitution de l’unité syndicale des métaux. Selon un rapport de police du 4 février 1935, il accompagna la délégation avec Brunet, Forichon et Fontan qui eut pour effet d’étudier les bases d’une union locale unique à Montluçon. Durant cette réunion « très agitée », il reprocha aux unitaires d’être des « cellulards ». Il assuma également des responsabilités chez les coopérateurs et les mutualistes. Le 10 juin 1938, c’est Louis Vénuat, secrétaire de l’UL de Montluçon, qui prononça son éloge funèbre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181495, notice GAGNE Jacques par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 8 juin 2016, dernière modification le 19 juillet 2018.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. de l’Allier, 1M267 1M551 1R746. — Arch. Mun. de Montluçon, 7F. — Arch. privées de l’IHS-CGT de l’Allier : archives des métaux, compte rendu de congrès. — Presse La Voix du Peuple organe de la CGT, janvier 1934 ; Le Combat Social, 18 février 1934, 19 juin 1938. — Note de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément