BLANC Antonin (« Léopold »)

Par Robert Serre

Né en 1905 dans les Alpes Maritimes, tué par la police allemande le 5 août 1944 à Valence (Drôme) ajusteur ; militant communiste de Valence ; résistant FTPF.

De Valence (Drôme), ajusteur, communiste, Antonin Blanc fait partie du groupe de francs-tireurs de Montélimar dont sont membres Riausset, Brunel, Defuidès, Crouzet, Blanc dès 1941. Imprimerie clandestine. Il fut interné 16 mois à Saint-Paul-d’Eyjaux. Entre dans les FTPF sous les ordres de Laurent, il fut sous-Lieutenant à la compagnie espagnole du 4e Bataillon FTPF Sud-Drôme. Responsable des équipes FTPF de la région de Montélimar, Antonin Blanc vient voir Charles Chapuis pour lui proposer de devenir le secrétaire régional du Parti Communiste au nom de sa direction clandestine, mais il refusa parce qu’il était sur une liste de suspects) établie par la préfecture.
Antonin Blanc fut arrêté à Montélimar le 3 juin 1944 par la police allemande qui trouva sur lui des papiers prouvant son appartenance à la Résistance. Conduit à Valence le 31 juillet, interrogé et torturé, il fut tué par la Gestapo le 5 août 1944 après six jours de tortures. Arrêté porteur de fiches codées en juin 1944, torturé, il fut exécuté par les Allemands.
On trouva le cadavre de Léopold Blanc, au bord du Rhône, oreilles coupées, yeux crevés, ventre ouvert, entrailles pendantes. On retrouva son cadavre horriblement mutilé au bord du Rhône à Valence : oreilles coupées, yeux crevés, ventre ouvert, ses entrailles ayant servi à attacher ses bras derrière son dos..
Sa femme également militante et résistante, pris le maquis puis milita à l’UFF qu’elle dirigea à Valence.

La place du Chapeau rouge devint place Léopold Blanc, suite à la délibération municipale d’octobre 1944, confirmée en juillet 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181576, notice BLANC Antonin (« Léopold ») par Robert Serre, version mise en ligne le 10 juin 2016, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Robert Serre

SOURCES : Arch. Dép. Drôme, 1920 W. — Dauphiné Libéré, 23 août 1964. — Des indésirables, pages 206-207, mémoires de Charles Chapuis. — Arch. Dép. Rhône, 182 W 9, rapport préfet Drôme 5/2/1943 état statistique en matière de répression antinationales pour le mois de janvier 1943. — La Voix populaire de la Drôme, du 23 août 1947. — Patrick Martin, La Résistance dans le département de la Drôme, 1940-1944, thèse Université Paris IV Sorbonne, 2001, base de données noms. : L-E Dufour, Drôme terre de liberté, PL-NT 1994, p. 40, 75. René Ladet, Ils ont refusé de subir, 1987, p. 16, 370. Thèse A. Chaffel, page 42. — Arch. Dép. Drôme, 97 J 72, Lettre de Suzanne la veuve de Blanc, 30 décembre 1985. — Cdt Pons, De la Résistance à la Libération, rééd. 1987, p. 272, 279. — Monument aux morts Valence. — Rapport gendarmerie Montélimar du 15 mars 1961. — Dvd-rom AERI, fiche par Claude Seyve. — Notes de Robert Vernin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément