BUIX Suzanne [née DUMAIRIR Suzanne, Antoinette, Léa]

Par Jacques Girault

Née le 15 juin 1920 à Cléon-d’Andrin (Drôme), morte le 21 décembre 2009 à Buis-les-Baronnies (Drôme) ; institutrice puis professeur d’enseignement général de collège ; militante syndicaliste (SNI) ; militante communiste dans la Drôme.

Délégation de la Drôme au congrès du SNI à Paris en 1960
Délégation de la Drôme au congrès du SNI à Paris en 1960
de gauche à droite : Robert Serre*, Jean Sauvageon*, Marcel Aubert, Suzanne Buix, Jean Calvier en grande partie caché.

Fille d’enseignants d’opinions de gauche, Suzanne Dumairir ne reçut aucun sacrement religieux. Après avoir fréquenté les écoles primaires supérieures de Romans puis de Valence (Drôme) et obtenu le brevet supérieur, elle travailla comme institutrice remplaçante (1940-1950). Elle exerça jusqu’à sa retraite en 1976 au cours complémentaire puis au Collège d’enseignement secondaire de Buis-les-Baronnies. Elle épousa en octobre 1946 à Valence Aimé, Elie Buix. Le couple eut deux enfants.

Membre du Parti communiste français depuis 1945, Suzanne Buix était la secrétaire-adjointe de la section communiste de Buis-les-Baronnies quand elle devint membre du comité de la fédération communiste de la Drôme en 1957 jusqu’en 1965. Son mari, Aimé Buix, libraire, participait lui aussi au comité fédéral à partir de 1959. Ancien résistant, il devint maire et conseiller général.

Suzanne Buix était la responsable locale et départementale du Mouvement de la Paix. Elle suivit le stage pour les instituteurs communistes en 1961. Elle devint peu après la secrétaire-adjoint dans le canton du Syndicat national des instituteurs, puis membre du bureau de la section départementale du SNI. En 1950, elle fut élue à la commission administrative paritaire départementale. Elle était aussi membre du bureau départemental de la Fédération des œuvres laïques.

Quand elle fut évincée du comité fédéral lors de la conférence fédérale du 27 mai 1965, selon le rapport de l’envoyé du comité central, Pierre Villon*, elle exprima de sérieuses critiques contre la direction fédérale qui lui avait notamment déconseillé pour les élections municipales de "proposer une liste commune aux socialistes « pour créer un courant d’union » de sorte que les socialistes ont fait une liste avec la réaction. » Elle décida alors de quitter le PCF.

Veuve depuis 1990, en 2005, elle présidait une société d’histoire qui comprenait trois cents adhérents et qui avait été fondée dans les années 1960 par son mari.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18170, notice BUIX Suzanne [née DUMAIRIR Suzanne, Antoinette, Léa] par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 17 août 2021.

Par Jacques Girault

Délégation de la Drôme au congrès du SNI à Paris en 1960
Délégation de la Drôme au congrès du SNI à Paris en 1960
de gauche à droite : Robert Serre*, Jean Sauvageon*, Marcel Aubert, Suzanne Buix, Jean Calvier en grande partie caché.

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Sources orales. — Renseignements fournis par l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément