BUREAU Étienne, Eugène

Né le 27 avril 1860 à La Ferté-Loupière, arr. de Joigny (Yonne), mort en 1950 dans l’Eure-et-Loir ; ouvrier agricole ; militant socialiste puis communiste d’Eure-et-Loir.

Né dans une famille de petits cultivateurs, E. Bureau fut ouvrier typographe à Paris jusqu’en 1892. En chômage à cause de ses idées politiques avancées, il quitta la capitale et s’engagea à quelques kilomètres de Chartres comme bûcheron puis comme chauffeur de batterie. Il se maria et se fixa à Bailleau-Lévêque, commune de 680 habitants. Il commença immédiatement à organiser les ouvriers agricoles très durement exploités. Il parcourait villages et hameaux, visitait les fermes les plus éloignées, provoquait des réunions, intervenait personnellement auprès de chaque employeur, rédigeait programmes, tracts, brochures, chansons qu’il distribuait partout. Souvent sans travail et malgré la misère qui régnait à son foyer, il poursuivait inlassablement sa tâche.
Militant socialiste (guesdiste) depuis 1892, il prit contact avec les adhérents des petits groupes du POF qui venaient de se constituer dans plusieurs localités industrielles du département. Son influence grandit auprès du prolétariat agricole. Candidat aux élections législatives de 1898, il ne recueillit, dans la première circonscription de Chartres que 213 voix (42 à Bailleau) sur 6 768 suffrages exprimés. Cependant sa campagne électorale avait été un grand succès personnel.
Le très réactionnaire Journal de Chartres écrivait le 20 avril 1898 : « La réunion socialiste a eu lieu au Vélodrome de Luisant au milieu d’une grande affluence. Le citoyen Bureau, qui, nous le répétons, a sur M. Lhopiteau ce grand avantage : le courage et la franchise de ses opinions, a exposé ses théories, on l’a écouté et même quelques-uns l’ont applaudi. » Désormais il accompagna les propagandistes socialistes dans toutes les réunions qu’ils tenaient dans l’arrondissement. Son prestige, auprès de la population était important.
Lecteur infatigable, Bureau ne négligeait pas sa formation théorique : il consacrait une grande partie de son salaire d’ouvrier agricole à l’acquisition d’ouvrages politiques et économiques et sa bibliothèque était considérable. Dans une lettre du 21 janvier 1950 adressée à Suzanne Bureau à l’occasion du décès de son père, Marcel Cachin décrit en ces termes Étienne Bureau : « Je suis allé dans sa petite localité d’Eure-et-Loir vers 1905, et sa forte personnalité m’avait beaucoup frappé [....]. Il m’avait accueilli dans sa petite maison et j’avais été surpris d’y trouver des livres de Marx qu’il lisait après son travail exténuant ".
Bureau fonda à Bailleau un groupe socialiste qui, en 1911, comptait treize membres ; il rédigeait pour le journal socialiste du département, Le Travailleur d’Eure-et-Loir, de nombreuses chroniques consacrées aux ouvriers agricoles et aux paysans pauvres. Il créa le premier syndicat des ouvriers agricoles de la région de Chartres avant 1914 et en fut le secrétaire durant de longues années. Il était gérant du journal syndical, créateur et animateur d’un moulin coopératif. Entre 1906 et 1939, il se présenta à de nombreuses reprises aux élections législatives et municipales, figurant notamment sur la liste socialiste le 16 novembre 1919 aux côtés entre autres de Louis Fulgence Bourgeois et Charles Emile Duval, puis avec son adhésion au PCF après le congrès de Tours, sur celle du Bloc ouvrier et paysan en 1924. Sa fonction de gérant du Communiste du Nord-Est le fit emprisonner en 1926.
Il milita dans les rangs du PC jusqu’en 1947. Bureau était conseiller municipal de sa commune en 1912 et il le resta sans interruption de 1922 à 1940 et il fut maire de 1922 à 1925 et de 1944 à 1947.
Il était marié et père de quatre enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18183, notice BUREAU Étienne, Eugène, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 11 septembre 2022.

SOURCES : Arch. Dép. Eure-et-Loir, série M. — Arch. Mun. de Bailleau. Lévêque. — Compte rendu des congrès. — Le Travailleur d’Eure-et-Loir, 1919-1922. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes, op. cit., I, p. 267. — Presse locale. — Le Travailleur d’Eure-et-Loir et de l’Eure, 1er novembre 1919 p. 1. — A. Marty, Qu’est-ce que le SRI ? 1926. — Renseignements fournis par la famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément